Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-11-06T21:14:28+01:00

Dans la lumière (Barbara Kingsolver)

Publié par Folfaerie
Dans la lumière (Barbara Kingsolver)

Merci à Price Minister pour ce partenariat qui a eu lieu à l'occasion des matchs littéraires de la rentrée 2013.

J'ai choisi le dernier roman de cette auteure que j'apprécie particulièrement pour son engagement écologiste et chez qui les femmes sont régulièrement à l'honneur. Le sujet m'attirait : une jeune femme dont la vie quotidienne est banale et médiocre se retrouve un beau jour face à un spectacle de la nature qui va changer brusquement son existence. Le phénomène en question est l'apparition d'une nuée de papillons monarques, ces insectes qui migrent tous les ans au Mexique, et qui se retrouvent, pour les besoins du roman, dans les Appalaches. Et pourtant, je me suis considérablement ennuyée à la lecture.

Il y a cependant de bonnes choses dans ce roman, à commencer par une esquisse intéressante de la vie des Rednecks (entendez par là des bouseux) : on essaie de survivre sur une exploitation agricole (ici l'élevage de moutons), peu de boulot, peu de gamins qui parviennent à l'université, mais beaucoup de réfractaires à la protection de la planète. Les gens nient le réchauffement climatique et si on peut se faire un peu de fric en déboisant, ma foi, allons-y. L'Eglise est omniprésente, tout comme les centres commerciaux. On suit, plus ou moins péniblement, Dellarobia dans sa quête désespérée : faire les courses en ayant pour seul choix des articles d'occasions, made in China, et des aliments périmés, ce n'est pas la joie. Ceci dit, on a beau être pauvre, on a quand même un téléphone portable. il ne faut pas pousser non plus.

Passons maintenant aux choses qui fâchent. J'ai peiné à reconnaître le style de Barbara Kingsolver. Faut-il en imputer la faute à la traductrice ? Je ne sais pas, mais j'ai relevé ça et là, quelques phrases bien maladroites, et une syntaxe défaillante. Les dialogues, hormis ceux échangés entre l'héroïne et les scientifiques, sont d'une platitude absolue.

Un exemple de phrase qui m'a heurtée : "Elle contempla donc le papillon passer à travers les yeux d'Esther." je ne veux pas paraître maniaque, mais tout de même...

Les personnages principaux sont dans l'ensemble dépourvus du moindre intérêt en ce qui me concerne : Dellarobia (argh, ce prénom...), pas encore trentenaire, deux enfants et un mari gentil mais gnan-gnan (prénommé Cub ! encore pire que Dellarobia...), qui vivent plus ou plus moins de l'exploitation familiale, gérée par les beaux-parents. La meilleure amie, Dovey (mais où est-elle allée chercher tous ces prénoms horribles ??), inutile à l'intrigue mais censée représenter un autre archétype féminin, le scientifique, Ovid Byron (et oui...), beau et intelligent mais quand même marié, comme quoi personne n'est parfait. Les gentils moutons et les gentils chiens de berger, les deux bambins de Dellarobia (rien qu'à lire leurs frasques, j'en étais épuisée...), sans parler du reste, les engueulades du couple au supermarché, les petites piques échangées avec la belle-mère... bref, du déjà lu. Rien d'original. Le portrait de la jeune mère de famille pas-si-bête-que-ça coincée dans la cambrousse mais aspirant à autre chose, cela n'a quand même rien d'original. Entre deux scènes de la vie quotidienne à mourir d'ennui, on en apprend beaucoup sur ce papillon fascinant, le monarque, mais j'avoue avoir eu beaucoup de mal à faire le lien entre les deux thèmes du livre. L'un est clairement centré sur le fait que l'on peut changer son destin (sans blague ? ) et peu importe qu'un papillon en soit le détonateur, l'autre porte sur les conséquences écologiques du réchauffement climatique et du déboisement.

Un méli-mélo longuet et sans relief, où surnagent ça et là quelques beaux moments, comme les descriptions de la forêt et ce nuage de papillons. Ce n'est pas complètement un naufrage mais un beau ratage, à mon goût, dans l'oeuvre d'une écrivain que j'aime habituellement beaucoup.

D'autres avis sur Babelio

Dans la lumière (Barbara Kingsolver)

Voir les commentaires

commentaires

Janou 30/11/2013 06:21

je regrettais de ne pas avoir choisi ce livre plutôt que Lady Hunt mais je m'aperçois que finalement ça n'aurait pas été un meilleur choix !
je n'ai jamais lu cette auteure donc j'aurais peut-être été moins déçu que vous !

Folfaerie 30/11/2013 09:52

Il se peut aussi que je sois très difficile :-)) Je continue à lire plein de critiques positives sur le roman, donc... Mais oui, j'ai lu presque toutes ses oeuvres et cela explique probablement ce sentiment de déception.
J'espère que la lecture de Lady Hunt a été agréable pour vous !

meldc 21/11/2013 15:47

c'est marrant, je viens de finir ma chronique et je voulais voir ce que d'autres en disaient justement. Je suis assez d'accord avec toi : ce n'est pas le meilleur de l'auteur ! Et je me suis aussi posé la question de la traduction... Par contre, pour les noms, apparemment, elle les a puisés dans son arbre généalogique, si je me souviens bien de la note finale du livre.

keisha 07/11/2013 07:58

Hum, dommage. Je vais passer , ce n'est pas le premier bilelt négatif que je lis. Mais je m'amuse à lire le tien! ^_^

Folfaerie 07/11/2013 18:26

Je suis très déçue, je suis globalement une fan de Kinksolver, et avec les années, elle devrait se bonifier, non le contraire ! bon, je vais aller chercher des liens vers d'autres billets, histoire de vérifier que je ne suis pas la seule à penser ainsi.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog