Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-03-15T11:00:49+01:00

Brokeback Mountain (Ang Lee/Annie Proulx)

Publié par Folfaerie

J'ai lu la nouvelle il y a un bon bout de temps (en anglais, pêchée dans le New Yorker où elle avait été publiée en 1997) mais il a fallu attendre un certain nombre d'années avant que je ne me décide à voir l'adaptation d'Ang Lee. De ma lecture je gardais un souvenir mitigé. Un matériau intéressant, un sujet pouvant émouvoir mais une écriture toute en sécheresse et en dureté qui ne m'avait pas plu. La rencontre entre Jack et Ennis (Jake Gyllenhall et Heath Ledger, excellents et magnifiques) est simple, brutale. Pas un soupçon de douceur, pas d'artifices. Vous allez me rétorquer que l'attirance entre deux cowboys peut se passer de romantisme ou d'émotion. J'ai été sensible aussi au fait que les deux hommes sont très ordinaires, très frustres (langage grossier, brutalité de leurs rapports, vies ternes...) et que je ne ressentais guère d'empathie pour eux, malgré quelques beaux passages dans cette nouvelle.

Heureusement, Ang Lee est passé par là. Larry McMurtry (sa présence est un gage de qualité pour moi) et Diana Assana ont magnifié cette histoire d'amour dans le scénario et le résultat à l'écran est si lumineux, si évident, que je regrettais bien le prosaïsme d'Annie Proulx. Et puis une seconde lecture, récente, m'a permis de mieux savourer le texte, d'en gommer les aspérités. Ce n'est pas que je découvre enfin les qualités littéraires de la nouvelle, mais plutôt que le colle désormais les visages des deux acteurs sur ceux des personnages et j'ai encore en mémoire les paysages du Wyoming. Je garde donc ma préférence au somptueux film d'Ang Lee.

Cette histoire est d'autant plus émouvante qu'elle s'installe dans un milieu et une époque où l'homosexualité était plus que jamais un sujet tabou. 1963 dans l'Amérique rurale, deux cow-boys incarnant la quintessence de la virilité, et le poids des conventions et traditions. D'ailleurs, l'attitude des pères respectifs d'Ennis et de Jack en est la parfaite illustration.

Ennis est plus renfermé, moins démonstratif. tandis que Jack est passionné, impulsif, mais la peur du "châtiment" (la scène où Ennis se rémémore la leçon de son père est édifiante...) l'empêche de braver les conventions et le regard des autres. Coincés dans leurs petites vies ordinaires, confrontés à des épouses qu'ils ne peuvent rendre que malheureuses, les deux hommes vont connaître de brefs mais intenses moments de bonheur, sur 20 ans, lorsque de leurs retrouvailles irrégulières à Brockeback Mountain, en pleine nature. Ces moments sont poignants, et ne peuvent compenser des années de frustration mais ils remplissent toute leur vie.

Au-delà de cette relation entre deux hommes, c'est l'histoire d'amour en elle-même qui m'a touchée. Le même problème se serait probablement posé si le couple avait été un Noir et une Blanche ou vice-versa. N'importe quel couple ne rentrant pas dans "les cases". Ce qui m'a donc intéressée, c'est cette impossibilité d'être heureux dès que l'ont vit sous le regard des autres, dès que la société, vos voisins, vos amis, la famille vous jugent et vous empêchent de vivre selon votre coeur.

Enfin un mot sur les dernières pages et les dernières images du film. Quoi de plus romantique, de plus émouvant, que cette histoire de chemise ? J'en ai les larmes aux yeux à chaque fois. (c'est mon côté fleur bleue qui ressurgit... :-))

Bref, un énorme coup de coeur pour l'adaptation de Lee.

D'autres avis sur Babelio.

Brokeback Mountain (Ang Lee/Annie Proulx)

He lifted it off the nail. Jack's old shirt from Brokeback days. The dried blood on the sleeve was his own blood, a gushing nosebleed on the last afternoon on the mountain when Jack, in their contortionistic grappling and wrestling, had slammed Ennis's nose hard with his knee. He had staunched the blood which was everywhere, all over both ofthem, with his shirtsleeve, but the staunching hadn't held because Ennis had suddenly swung from the deck and laid the ministering angel out in the wild columbine, wings folded.

The shirt seemed heavy until he saw there was another shirt inside it, sleeves carefully worked down inside Jack's sleeves. It was his own plaid shirt, lost, he'd thought, long ago in some damn laundry, his dirty shirt, the pocket ripped, buttons missing, stolen by Jack and hidden here inside Jack's own shirt, the pair like two skins, one inside the other, two in one. He pressed his face into the fabric and breathed in slowly through his mouth and nose, hoping for the faintest smoke and mountain sageand salty sweet stink ofJack but there was no real scent, only the memory of it, the imagined power of Brokeback Mountain of which nothing was left but what he held in his hands.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog