Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-11-23T15:40:55+01:00

L'héritage des rois-passeurs (manon Fargetton)

Publié par Folfaerie
L'héritage des rois-passeurs (manon Fargetton)

D'abord merci à babelio et à l'éditeur pour ce masse critique, qui m'a permis de tester un autre auteur français de fantasy.
Pour moi, et jusqu'ici du moins, la fantasy française ou francophone se résume essentiellement à de bonnes surprises. Il y a les indétrônables Pierre Pevel et Jean-Louis Fetjaine, depuis peu Christelle Dabos et puis quelques bons romans ou séries à piocher cher Oliver Peru et ses hauts Conteurs, Adrien Tomas ou Antoine Rouaud. Tout ce blabla pour dire que je suis favorablement disposée envers les écrivains français.
Quand j'ai vu ce roman parmi les titres proposés, auréolé d'une pléiade de bonnes critiques sur babelio, j'ai donc tenté ma chance. Alors, résultat des courses ?
Et bien, mon avis sera quelque peu mitigé. Je ressors de ma lecture plutôt satisfaite, mais avec quelques regrets quand même. L'idée, fort louable, d'écrire un roman en un seul volume, aurait pu être plus aboutie, d'autant que le récit n'atteint pas les 500 pages en poche ce qui peut être un peu handicapant. Comment dans ce cas présenter de manière approfondie un royaume de fantasy ? C'est la première faiblesse du roman, qui ne permet pas au lecteur d'entrer véritablement dans le royaume d'Ombre. Les premiers chapitres sont excellents, la découverte de Ravenn en tueuse de dragons , la présentation des protagonistes au seuil d'un drame épouvantable dans notre monde, tout cela était extrêmement prometteur.
Hélas, dès lors que Ravenn revient dans sa cité, Manon Fargetton déroule un récit très classique : notre monde et son double-miroir, complots et trahisons autour de la succession au trône, rivalité entre différents dieux, des choses déjà vues, tandis que l'histoire d'amour que vit notre princesse rebelle frise la caricature. Certains personnages secondaires sont sous-exploités (encore une fois, je pense, par manque de « place »), et des événements sont expédiés assez rapidement (de même que les projections entre Ombre et Rive, à peine évoquées). Enfin, si j'ai bien aimé le côté « féministe » du roman, qui se démarque agréablement face à une production littéraire fourmillant de héros virils et torturés, j'ai trouvé le trait un peu trop appuyé parfois. Pourtant, Les Rois passeurs charment par une certaine originalité (la bonne idée des Noirs Portraits, le peuple d'adoption de Ravenn, le langage particulier des habitants d'Astria) et des personnages que l'on prend plaisir à suivre, Ravenn, Julian et Hank en tête.
Ce n'est donc pas un coup de coeur, mais pas une grosse déception non plus. Un deuxième volume est sorti, davantage centré sur des magiciennes, qui permettra peut-être à l'auteure d'étoffer son univers. Je n'ai pas encore décidé si je lirai d'autres livres de Manon Fargetton, qui, mais je me trompe peut-être, semble s'adresser à un lectorat plus jeune. En tout cas, je ne lui ferme pas définitivement la porte de ma bibliothèque :-)

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog