Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2008-04-19T08:21:00+02:00

Shakespeare au cinéma

Publié par Folfaerie

Je viens de voir en DVD, le Marchand de Venise avec Al Pacino et Jeremy Irons entre autres. Une honnête version de cette curieuse pièce du Maître, mais qui m'a cependant laissée sur ma faim. Beaux décors et costumes somptueux, un Al Pacino habité mais il y manque de l'énergie et je ne sais quoi d'autre qui aurait pu transformer ce film.

J'ai toujours eu une passion pour William Shakespeare et curieusement, je n'ai jamais vraiment été satisfaite des adaptations cinématographiques jusqu'à une récente époque. Peut-être aussi ai-je vu certains films trop jeune, ce qui expliquerait cette sensation d'être "écrasée" par l'académisme de certaines versions, je pense en particulier à celles avec Laurence Olivier ou Orson Wells dont je me disais qu'ils auraient été davantage à leur place au théâtre.
Un regain d'intérêt avec le Jules César de Mankievicz, parce que l'immense Brando me fascinait.

Autre bonne surprise, plus tardive, avec Hamlet de Zeffirelli. D'abord parce que le film respectait la pièce et parce que j'ai aimé l'interprétation de Mel Gibson. Il était entouré d'excellents acteurs, Ian Holm, Alan Bates et surtout l'épatante Glenn Close.
L'étonnant et survitaminé Roméo et Juliette de Baz Luhrmann m'avait également séduite.

Avec l'irruption de Kenneth Brannagh dans le monde Shakespearien, j'ai enfin trouvé le génie qui a su transposer sa passion et son respect pour l'auteur en y insufflant sa propre énergie.
Henry V, chef-d'oeuvre selon moi, et le brillant Beaucoup de bruit pour rien ne peuvent que donner envie de se jeter sur les oeuvres complètes.

A oublier en revanche Othello d'Oliver Parker et dans lequel Brannagh interprète Iago.

Brannagh s'offre en outre une jolie variation autour d'Hamlet, Au beau milieu de l'hiver raconte les péripéties d'une petite troupe qui essaie de monter Hamlet sans trop de moyens mais avec la foi chevillée au corps.
A propos de variations autour de Shakespeare, j'ajouterai ces deux sacrés bons films que sont Looking for Richard réalisé par Al Pacino et Rosencrantz et Guilederstein sont morts de Tom Stoppard.

Al Pacino revisite Richard III, dissertant sur la culture des Américains, s'attardant sur la difficulté à adapter Shakespeare en général et une pièce aussi difficile que Richard III en particulier et réussit un coup de maître et une réflexion intelligente sur son art.  A la fin du documentaire, on ne peut que regretter que Pacino ne nous ait pas offert sa version dans son intégralité.

Rosencrantz et Guilederstein sont deux protagonistes d'Hamlet, fatalement condamnés à mourir. La tragédie est donc appréhendée de leur point de vue. Le génial Stoppard a eu la bonne idée de choisir deux immenses acteurs, Gary Oldman et Tim Roth, ce film est un régal...

Cette petite déception avec le Marchand de Venise n'a pas douché mon enthousiasme, j'attends qu'un autre réalisateur plus inspiré (ou mieux encore, que Brannagh s'y plonge à nouveau) nous offre à nouveau une adaptation pourquoi pas moins connue du grand Will.

Voir les commentaires

commentaires

grande pirogue 11/03/2009 18:29

Je posséde l'oeuvre de SHAKESPEARE en anglais dans un beau coffret que je cherches à vendre d'ailleurs!

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog