Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2008-12-15T16:47:00+01:00

La véritable histoire du Père Noël

Publié par Folfaerie

Lu sur le site de Biovignal... je n'ai aucune envie de casser le mythe mais tout de même, ce texte m'a finalement amusée, il est bon de le lire. Et puis ça fait suite à mon article sur ce bon vieux Santa Claus. Pour chacun d'entre nous, le Père Noël a un visage différent. L'important, c'est que nous en faisons, une fête de famille, un moment de féérie plutôt qu'une ode au consumérisme...

De Nicolas le Turc à Coca : la véritable histoire du Père Noël

Le Père Noël est américain. Enfin… presque. Sous sa forme moderne, Petit Papa Noël nous vient en effet d’outre-Atlantique. Mais au départ de l’action, les Etats-Unis n’étaient absolument pas concernés. D’ailleurs, ils n’existaient même pas.

Le 25 décembre, date officielle

Au commencement, il n’y avait rien. Puis, il y eut Jésus-Christ, apparu on ne sait quel jour car les Evangiles ne disent rien sur le sujet. Dans les premiers instants du christianisme, d’ailleurs, on fêtait la naissance du Christ selon le bon vouloir du Pape du moment, entre les premières dents du petit et les semailles des graines d’artichaut.

Mais au IVe siècle, il devint urgent de se mettre d’accord : dans l’Empire romain, le christianisme se trouvait en concurrence avec des centaines de religions, dont certaines très influentes. Parmi celles-ci figurait le mithriacisme, culte du dieu Mithra, venu de Perse plusieurs siècles avant J.-C. et dont la fête officielle était fixée au 25 décembre. En 274, l’empereur Aurélien s’était inspiré de Mithra pour inventer le culte de Sol Invictus (Soleil invaincu), dieu auquel il attribua ses victoires militaires en Orient, et dont il décida, lui aussi, que la célébration officielle tomberait le 25 décembre.

Afin d’assoir leur domination en Orient et pour clouer le bec à tous les petits cultes, le Pape Libère décréta finalement en 354 que la célébration de la naissance du Christ tomberait, elle aussi, le 25 décembre ! Depuis plus de 1600 ans, nous fêtons donc la naissance du petit Jésus à cette date jamais remise en cause. Et comme il s’agissait d’arroser la venue au monde de l’enfant de Dieu, la fête de Jésus est rapidement devenue la fête de tous les petits enfants, à qui on racontait des histoires merveilleuses au coin du feu. Le 25 décembre est ainsi devenu, au fil des siècles, une des fêtes religieuses les plus populaires et les plus gaies : la fête de la famille et des enfants.

Comment Saint-Nicolas devint Santa Claus

Toujours au IVe siècle, nous rejoignons maintenant la côte sud de la Turquie, dans l’ancienne ville de Myre. Là-bas, comme dans toutes les villes chrétiennes, un bon petit évêque faisait régner la paix perpétuelle de Dieu. Il se nommait Nicolas et il devint malgré lui un martyr, puis une légende, et finalement un Saint. L’évêque Nicolas est mort vers l’année 345, très certainement un 6 décembre et peut-être tué par les Romains. On le considéra donc comme un martyr, à qui on attribua des dizaines de légendes et de miracles, grâce auxquels l’Eglise le canonisa.

Le jour de sa mort devint l’occasion d’un véritable culte : le 6 décembre, on fête la Saint-Nicolas. Et comme par hasard, les principales légendes qui lui sont associées concernent des enfants, qu’il aurait sauvés de morts affreuses ou de prostitutions infâmantes. La Saint-Nicolas est donc une fête des enfants, à qui l’évêque rend visite dans la nuit du 6 décembre pour leur offrir des cadeaux. S’ils ont été sages.

Les reliques de Nicolas furent conservées à Myre pendant des siècles. Mais, vers 1087, une bande d’Italiens attirés par la légende n’hésitèrent pas à voler les restes de Saint-Nicolas pour les ramener chez eux, à Bari, sous prétexte que celui-ci y était passé au cours de sa vie. Puis, vers 1090, le lorrain Charles Aubert, chevalier de Varangéville, qui passait par Bari, récupère à son tour un morceau du Saint et le ramène chez lui : dans ce qui deviendra la basilique de Saint-Nicolas le Port, près de Nancy.

L’ancien évêque turc, après plus de 700 ans de voyages, atteint la Lorraine. De là, son culte se répand dans tout le Nord et l’Est de la France, puis dans les actuels Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne. Et voilà comment les Chrétiens du Nord de l’Europe ont appris à faire la fête, avec leurs enfants, le 6 décembre.

Tout se passe merveilleusement pour Nicolas jusqu’à la Réforme. Luther dont l’influence devint immense en Europe du Nord, trouvait en effet cette célébration par trop catholique. certains continuèrent malgré tout à la célébrer discrètement et, aux Pays-Bas, un groupe de supporters acharnés parvint à le maintenir quasi officiellement sous le nom de Sinter Klaas (traduction de Saint-Nicolas, en flamand dans le texte).

C’est un siècle plus tard que l’Histoire rejoint l’Amérique. Nous sommes alors en pleine période d’explorations du nouveau continent, sur lequel les Hollandais fondent, à partir de 1614, la colonie de la Nouvelle Amsterdam. Qui deviendra en 1667, après plusieurs années de guerres anglo-hollandaises… New York. Anglais et Hollandais entament alors une période de cohabitation durant laquelle des échanges en tous genres s’opèrent. Les Hollandais refilent notamment à leurs vainqueurs l’idée d’une bonne grosse fête le 6 décembre, en l’honneur de Sinter Klaas. Les Anglais, incapables de prononcer un nom pareil, le renomment à son tour pour lui donner une sonorité plus familière : Santa Claus.

Le gros bonhomme en rouge et blanc

L’histoire moderne du Père Noël peut commencer. Pendant longtemps, les Anglais continuent de fêter Santa Claus le 6 décembre, puis la naissance de Jésus le 25. Mais après tout, ce sont deux fêtes consacrées aux enfants à trois semaines d’intervalle. Autant n’en faire qu’une… Peu à peu, les Anglais transportent donc Santa Claus au 25 décembre et le laissent libre de venir offrir des cadeaux aux bambins. Ils conservent aussi la vieille tradition religieuse qui voit en Nicolas un ancien évêque des débuts de la chrétienté, vieux et famélique, transporté par une pauvre mule décharnée. Rien de très joyeux a priori.

Mais aux Etats-Unis d’Amérique, on comprend très vite que, pour plaire aux enfants, il faut les faire rêver. C’est pourquoi, ce 23 décembre 1823, le journal Sentinel de la ville de Troy (état de New York) publie un joli petit conte de Noël tout mignon, d’abord anonyme puis attribué à Clement Clarke Moore. Dans ce poème, intitulé "A visit from Saint Nicholas", Moore présente ledit Saint comme un bonhomme joufflu, l’air gentil et bien nourri, habillé en fourrure, portant barbe soyeuse et véhiculé par un traîneau tiré par huit rennes.

Une image un tout petit peu plus enthousiasmante que celle du pauvre vieux traîné par sa mule agonisante… D’ailleurs, le poème devient rapidement célèbre, se propage à travers les Etats-Unis puis, après traductions multiples, se disperse dans le monde entier. La légende internationale du Père Noël prend forme. Un des premiers pays touchés sera l’Angleterre, qui associera le Santa Claus américain à ses anciennes traditions pour créer un Father Christmas dès les années 1850.

L’apparence physique décrite par Moore est ensuite concrétisée par une série de dessins signés par Thomas Nast, caricaturiste pour le Harper’s Illustrated Weekly de New York. Dès le premier dessin, réalisé le 3 janvier 1863, Santa Claus ressemble bien plus à un lutin qu’à un évêque. Au cours des quarante ans qui suivent, Nast produit des centaines de dessins similaires qui s’exportent à tour de crayon. L’image du bonhomme joufflu pénètre les esprits et, progressivement, on invente tous les détails de sa vie : dans un dessin de 1885, Nast décide que Santa Claus habite le Pôle Nord, et ainsi de suite.

Dans les années 1920, la société Coca-Cola se lance dans une campagne de pub afin d’encourager les consommateurs à se désaltérer en toute saison. Pour les arguments d’hiver, on choisit le personnage le plus représentatif de la saison : Santa Claus. A l’origine, il est représenté dans sa tenue traditionnelle de lutin, conforme aux dessins de Nast. Puis, à partir de 1931, la société fait appel à l’illustrateur Haddon Sundblom, à qui on demande de remodeler l’image du Santa Claus publicitaire. Et ce bon Haddon nous dessine un bonhomme gras et joufflu, rougeaud, barbu, sympathique et forcément assoiffé. Il est habillé de rouge et blanc, les couleurs… de Coca-Cola. Et voilà. Le Père Noël moderne est là. Officiel.

Brulé sur les grilles de la cathédrale de Dijon

En France, il faudra attendre la fin de la Deuxième Guerre mondiale pour que les soldats américains introduisent, avec le chewing-gum, les histoires d’amour sur grand écran, le Coca et leur Père Noël. Qui mettra d’ailleurs du temps à s’installer : le 23 décembre 1951, un prêtre bourguignon un peu à cheval sur les principes brûla une effigie géante du Père Noël sur les grilles de la cathédrale de Dijon. Car l’église catholique continua de voir d’un mauvais œil ces représentations grossières d’un Saint très respectable.

Mais elle avait tort. Une tradition se doit d’évoluer sous peine de s’éteindre, surtout quand elle n’est pas très affriolante. S’il s’agissait de glorifier un vieux Turc mort depuis presque 1700 ans et même pas un 25 décembre, qui accepterait aujourd’hui de s’user les nerfs pendant des heures de courses effrénées pour les enfants ? Un vrai Père Noël, c’est quand même plus encourageant !

Auteur : Damien Jayat
Source : Infusion de science

 

 

 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog