Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-03-20T20:54:00+01:00

Washington Square

Publié par Folfaerie

J'ai revu avant-hier, en DVD, l'adaptation cinématographique d'Agnieszka Holland, sortie en 1999. Du coup, ça m'a donné envie de relire le fabuleux roman d'Henry James.  Cette histoire m'a beaucoup touchée la première fois que je l'ai lue.

"Pauvre Catherine !" c'est la première réflexion qui vient à l'esprit une fois la dernière page tournée. La pauvre héroïne de cette histoire, Catherine Sloper, est une jeune héritière, ni très jolie, ni très intelligente, mais possédant un coeur généreux et aimant, qui vit dans une grande demeure bourgeoise à New-York, avec son père, un médecin réputé, riche et mondain, et une tante trop romanesque, plus stupide que méchante.
La jeune fille ne connaît rien des passions amoureuses et sa vie s'écoule, calme et monotone entre les quatre murs de l'imposante maison. Lors d'une soirée mondaine, Catherine rencontre le séduisant Morris Townsed, qui tombe amoureux d'elle au premier regard. Ou plutôt après avoir appris son statut d'héritière. Mais la jeune naïve, ne se rendant compte de rien, ne demande qu'à répondre à cet amour si peu sincère, poussée en cela par sa sotte de tante, qui n'a d'autres intérêts dans la vie que d'échafauder des intrigues amoureuses afin d'avoir sa part de romanesque. Seul le docteur, homme froid et lucide, à la clairvoyance impitoyable, a démasqué le coureur de dot sous le masque de l'amoureux transi. Après avoir tenté en vain de raisonner sa fille, il choisira alors de la déshériter pour lui ouvrir les yeux, et la pauvre fille, assistera impuissante, et le coeur meurtri, à la fuite de son fiancé indélicat.

C'est certainement l'un des romans les plus cruels de Henry James. Il nous offre le portrait d'une société en pleine mutation, et celui d'une caste arriviste et uniquement attachée aux apparences, rejoignant en cela les visions d'Edith Wharton de la société bourgeoise New-yorkaise. Ce n'est pas l'intrigue qui compte, puisqu'on sait dès les premières pages que le coureur de dot sera bien vite démasqué, mais les relations entre ces personnages qui, pour des raisons différentes, volontaires ou involontaires, et par des moyens divers, arriveront tous au même résultat : blesser la jeune fille et lui broyer le coeur. A ce titre, Townsed est peut-être le plus excusable. Au moins il a pour seul motif l'argent, il est étranger à Catherine, et il n'est que l'archétype du coureur de dot, mais sa famille a moins d'excuses. Le docteur n'est pas si attaché à sa fortune, mais c'est un homme froid et ironique qui n'a que peu de considération pour sa fille qu'il juge idiote et indigne de lui. Il s'est quelque peu amusé, de manière bien cruelle, à ses dépens. La tante ne vaut guère mieux. Stupide, entêtée, manquant de tact et de finesse, elle ne s'apercevra pas une fois qu'en empirant les choses, en persuadant la jeune fille, elle a manqué à tous ses devoirs, et loin de la protéger, elle a irrémédiablement blessé sa nièce.
Reste cette pauvre Catherine qui a découvert qu'elle n'était pas aimée pour elle-même. Ni pas son fiancé, ni par son père, les deux seuls êtres qui lui étaient chers.

L'interprétation de la talentueuse Jennifer Jason Leigh est absolument extraordinaire.
C'est si terrible de voir cette jeune femme s'enflammer pour un homme qui ne la mérite pas, ou bien comme lorsqu'elle comprend enfin que son père la méprise. La réalisatrice a privilégié beaucoup de gros plans sur le visage de l'actrice. Un visage très mobile où se succèdent toutes les émotions. Mention spéciale à l'épatant Albert Finney qui incarne le père. Quand je pense que j'ai découvert cet acteur avec le film Wolfen. Pfffffffffff, les années ont filé si vite ! Maggie Smith, toujours impeccable interpréte la tante idiote et trop romantique que l'on aurait envie de secouer pour lui mettre du plomb dans la tête. Décors et costumes somptueux, magnifique reconstitution de cette époque, vraiment un très bon film. certaines scènes sont touchantes, d'autres cocasses.  Cela ne doit pas dispenser pour autant de la lecture du roman. Henry James mérite bien d'être lu, relu et redécouvert...

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Folfaerie 20/03/2009 21:30

J'étais tellement scotchée par les performances de Jennifer Jason Leigh et Albert Finney, que j'aime décidément beaucoup, que j'en ai oublié les autres ;-) Mais Ben Chaplin est évidemment très bien dans ce rôle ingrat.

Sandra 20/03/2009 21:22

Comment ! Pas un mot sur l'interprétation de Ben Chaplin ? ! ! Il est pourtant formidable cet acteur.
En effet, c'est une histoire terriblement cruelle et le film est une vraie réussite. J'avais aussi beaucoup aimé la version avec Olivia de Havilland. Quant au roman, c'est un chef-d'oeuvre.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog