Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-03-21T12:04:00+01:00

Palouma, l'histoire de l'ourse qui voyagea dans les Pyrénées

Publié par Folfaerie



Je tiens à présenter un ouvrage pour la jeunesse qui me tient à coeur, car j'ai toujours aimé les ours. Certainement depuis mon premier ours en peluche (que je possède encore !) :-)) Il s'agit d'un livre sur l'ourse Palouma, édité par Plumes en Seine au profit de l'association AVES FRANCE. Le texte a été écrit par Christophe Coret et les illustrations sont de Sonia Hivert.

Je joins ici la présentation que l'on trouve sur le site d'AVES FRANCE :



Rappelez-vous, c’était hier, le 26 avril 2006.
Palouma, la première ourse capturée en Slovénie pour participer au deuxième programme de renforcement des populations ursines en France, était attendue par Nelly Olin, ministre de l’écologie et du développement durable et tout un staff de journalistes triés sur le volet.

Pourtant, l’évènement avait été perturbé par quelques opposants et Palouma avait été relâchée dans la plus stricte intimité, comme l’avaient prévu les agents de l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune sauvage) en cas de problème.

Le 25 août 2006, seulement quelques mois après sa réintroduction mouvementée, des randonneurs retrouvaient le corps sans vie de l’ourse Palouma. Le lendemain, toute la presse relayait sa mort, survenue quelques jours seulement après les battues d’effarouchement dont elle avait été victime.

Sans entrer dans la polémique, mais pour rendre un hommage au travail des équipes qui luttent pour la conservation de l’ours dans les Pyrénées, AVES France a décidé de publier un livre pour enfants : Palouma, l’histoire de l’ourse qui voyagea dans les Pyrénées.

Tous les bénéfices des ventes de ce livre serviront à financer les actions de l’association, l’auteur et l’illustratrice ayant accepté de céder leurs droits à AVES France.

Le livre, en couleur et imprimé sur du papier recyclé, est en vente auprès d’AVES France au prix de 12,50 € (+ 2,50 € de frais de port).

 

Pour acheter, c'est ici :

link

 

le texte est de qualité, il permet aux enfants d'acquérir des connaissances sur la biologie et le comportement de l'ours, de manière ludique. Les illustrations sont vraiment très belles, et le format du livre est pratique, il peut être emmené partout.

Comme c'est une toute jeune maison d'édition qui a porté le projet et qu'en plus, cet ouvrage a été réalisé par une association de protection de la nature, je me dis que ce sont deux bonnes raisons d'acheter ce livre.

 


Voir les commentaires

commentaires

Grand-Sachem 25/03/2009 20:43

Tu as exactement la réaction qui est décrié ici: les gens parle du vecu, depuis leur enfance dans une société agro-pastorale, ils vievent de la montagne; ils chassent, ils pêchent, ils cueillent. Et nous on répond par une culture livresque...est-ce que tu vois le décalage?

Folfaerie 25/03/2009 23:05


C'est pas vraiment un décalage. Je suis arrière-petite-fille de paysans, j'ai appris à respecter la nature grâce à la vie à la campagne. Mais ma philosophie et mes principes de vie se sont
consolidés avec autre chose que ma propre expérience. Avec les échanges et rencontres, et les lectures. La connaissance c'est la clé. Je ne suis pas certaine qu'une partie des éleveurs pyrénéens
cherchent vraiment à comprendre ce qu'est réellement l'écologie, au sens premier du mot. Tout comme une partie des agriculteurs de mon coin refusent d'admettre que nous faisons partie intégrante de
la nature, que nous en dépendons. La lecture de Terrasson, entre autres, pourrait permettre à certains de changer leur point de vue et leur comportement, j'en suis certaine. Mais pour ça, il faut
accepter l'idée que nous ne détenons pas la Vérité Suprême simplement parce qu'on vit dans un milieu spécifique, comme ici la montagne.
Il y a truc que je déteste : les gens qui refusent tout échange parce que vous n'êtes pas de leur milieu, genre "vous ne vivez pas à la montagne donc vous ne savez rien, passez votre chemin". Et
ceux qui passent leur temps à coller des étiquettes, du genre "écolo-citadin-bobo". Une belle démonstration d'une certaine étroitesse d'esprit caractéristique du monde rural... dans lequel je
vis.
Il y a un vrai travail de sape dans notre pays au niveau de la culture. On abêtit les gens, on affaiblit leur pouvoir d'analyse... le télévision est reine, les programmes scolaires perdent en
qualité chaque année un peu plus. On ne s'en rend pas compte en ville où la culture est plus accessible mais dans le milieu rural, diable c'est l'hécatombe !


Grand-Sachem-la Brocante 24/03/2009 23:01

Comme tu me demandais plus bas je vais te dire ce que je pense de l'introduction de l'ours dans les Pyrénées. Pour ma part j'ai été à fond pour dès le début, j'avais même contribué financièrement (modestement) par l'intermédiaire du WWF. Je suis encore pour et je réagit souvent de manière ironique ou agacée face aux arguments des anti-ours. Toutefois quand on se rend compte que la grande majorité de ceux qui vivent de l'élevage en montagne sont contre, que quasi tous les élus locaux sont contre, que les médias locaux sont plutôt contre ...on ne peut pas considérer ça par le dédain et penser que tous ces gens sont des imbéciles! Il vivent ça comme une ingérence des "bobo-ecolo-urbain" dans leur mode de vie qu'ils considèrent comme assez dur comme ça. C'est vrai que même si je vis ici, j'ai plus un profil d'urbain : je ne tire aucun revenus , ni avantage de la terre ou de la montagne et même pas du tourisme.
Les ruraux montagnards ont réellement des difficultés même si quelques uns gagnent très bien leur vie. Ce n'est pas non plus uniquement un problème d'argent: il y a aussi le découragement face à cette difficulté supplémentaire, il y a la peur (un copain qui travaille avec les bergers et les éleveurs, qui par conviction était pour la réintroduction, a changé d'avis car maintenant il a peur quand il est en montagne et qu'il sait que l'ours est dans le secteur)
C'est vrai que les éleveurs sont aussi parfois d'une mauvaise fois monstrueuse, qu'ils ne respectent pas toujours la montagne comme ils le disent (cf en ce moment les grands incendies provoqués par de l'écobuage sauvage), qu'ils essaient de faire passer des attaques de chiens errants pour des attaques d'ours jetant la suspicion sur ceux qui ont réellement été victimes. Mais il faut quand même prendre en considération ce qui est dit car ce n'est pas seulement un combat de quelque paysans rétrogrades.
par ailleurs ce qui me fait aussi douter, c'est le comportement de ces ours qui semblent un peu perdus" et "dénaturés" : si ça continue il vont venir faire les poubelles dans les cantines de foix (je n'exagère pas). C'est bien sur un argument pour les anti-ours qui disent que les ours ne trouvent plus de place à leur convenance dans leur milieu naturel, mais c'est aussi un argument pour les pro_ours car ça signifie qu'il faut encore plus protéger le milieu et y interdire toute activité susceptible de gêner l'ours...
En tout cas ça anime les discussions de fin de repas!

Folfaerie 25/03/2009 09:48


Ton témoignage me laisse penser qu'entre autres problèmes, il y a encore une grande méconnaissance du comportement de l'ours (comme du loup d'ailleurs, que se passera-t-il quand il aura reconquis
les Pyérénées ?) et qu'il faut continuer les campagnes d'information.
Tiens, ça me donne une idée, dès que je pourrai, j'écrirai un article sur les trois ouvrages de François Terrasson : la peur de la nature, en finir avec la nature et la civilisation anti-nature...
tout un programme :-))


grande pirogue 21/03/2009 15:44

trés joli!

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog