Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-03-22T16:50:00+01:00

John Muir

Publié par Folfaerie

John Muir (1838-1914), alors qu’il est encore trop peu connu en France à mon goût, est une des figures mythiques des États-Unis où il est considéré comme le père des Parcs Nationaux et l’un des premiers hommes à avoir perçu les dangers de l’exploitation de la nature.
Ses capacités intellectuelles et techniques d’inventeur lui ouvrent toutes les portes mais son choix est fait : «J’aurais pu devenir millionnaire et j’ai choisi d’être un vagabond ». Inutile de préciser que je tiens John Muir pour l'un des plus grands écologistes américains et pour un écrivain parmi les plus fameux. Il entre donc logiquement dans le Nature Writing. Je persiste à dire que c'est un incontournable qu'il faut avoir lu au même titre que Thoreau ou Ed Abbey pour ne citer que ces deux-là...

Parmi les dates importantes de sa biographie, je retiendrai celles-ci :
1890 Ses articles accélèrent un débat au Congrès, qui crée un parc national à compter du 1er octobre.
1892 Création, avec un groupe de passionnés, du Sierra Club, dont Muir est élu président.

1905 Grâce aux efforts de Muir et de Harriman, une loi est votée qui fait entrer la vallée de Yosemite dans les parcs nationaux.


En France, on trouve quatre de ses ouvrages. Un été dans la Sierra, mon préféré publié par Hoëbeke, puis Voyage en Alaska, successivement publié par Payot, Hoëbeke et José Corti, Souvenirs d'enfance et de jeunesse chez JoséCorti et quinze cent kilomètres à pied à travers l'Amérique chez le même éditeur. J'ai bon espoir que d'autres titres suivront.

 

Pour Voyage en Alaska, lire aussi le billet de Grand-Sachem. Ici.



Un été dans la Sierra

Partir ? Il suffit de jeter un peu de pain et une poignée de thé dans un sac et d'enjamber la barrière" aimait à répéter l'auteur de ce fabuleux classique.
Voici la bible de tous les randonneurs, de ceux qui aiment une nature vierge et sauvage, et de ceux qui rêvent encore à la liberté. Ecrit par un Ecossais fou d'Amérique, un aimable vagabond pour qui la vie en société représentait un lourd fardeau, ce merveilleux récit est une ode à la nature, aux montagnes, aux bêtes, aux fleurs, et à tout ce qui vit et respire sur cette planète, loin des hommes. Sous la plume respectueuse, émerveillée et passionnée de Muir, nous partons, le 3 juin 1869, à la découverte de Yosemite et de ses sublimes paysages, qui deviendra grâce à lui le premier parc national américain. Loin d'être un récit d'exploration banal, c'est un véritable poème, un chant d'amour dédié à ces imenses espaces qu'on ne semble trouver qu'en Amérique, et une découverte de soi également. Muir, bien que né en Ecosse, affirmait volontiers que sa renaissance avait eu lieu dans la Yosemite Valley, où la beauté du monde lui fut révélée et lui inspira parmi les plus belles lignes jamais écrites par un écrivain. Autre miracle là encore, lorsqu'on sait que Muir débarqua à l'université de Wisconsin, à 22 ans, presque totalement inculte ! Et cependant, il devint un naturaliste fort célèbre, et prisé par la classe intellectuelle de son époque, possédant un savoir étendu en botanique, en entomologie, en zoologie...

Extrait : "Les pâturages de noisetiers et de bourdaines que hante le cerf, les sommets des collines, brûlés par le soleil, pourpres et jaunes de menthe et de verge d'or, tapissés de chamaebatia, bourdonnant d'abeilles. Et les aurores et les levers de soleil, et les couchers aussi, de ces journées dans les montagnes - la lumière rose qui monte imperceptiblement parmi les étoiles pour virer au jaune jonquille, les rayons du soleil qui jaillissent par-dessus l'horizon, inondant les crêtes, embrasent un pin après l'autre, éveillant et réchauffant toute leur puissante armée, pour accomplir avec joie le labeur étincelant de la journée."


Quinze cents kilomètres à pied à travers l'Amérique

Muir, un aimable vagabond qui parcourait inlassablement son pays pour se repaître des beautés de la nature, connaît depuis quelques temps les honneurs de l’édition française. Outre « un été dans la Sierra », ses souvenirs d’enfance (édités chez José Corti) et le présent ouvrage, on peut encore trouver son voyage en Alaska édité chez Payot. Ce n’est pas moi qui irai me plaindre de ce (durable ?) engouement pour ce respecté et estimable écologiste à qui l’on doit la création des premiers parcs nationaux américains.
Outre le fait d’être un botaniste éclairé, John Muir est aussi un grand écrivain, et pour preuve, ses descriptions de plantes et d’arbres ont le pouvoir de captiver le lecteur ignorant du monde végétal, tant elles sont empreintes de poésie et de lyrisme. Au fil de ses pérégrinations dans un pays qui panse encore ses plaies (la nation sort tout juste de la guerre fratricide qui a opposé le Nord au Sud), Muir nous permet de faire des rencontres, parfois singulières mais toujours riches d’enseignements, car il s’efforce le plus souvent possible de faire halte chez « l’habitant », et lorsque cela est impossible, un cimetière fait aussi bien l’affaire, surtout s’il se situe à Savannah…
Un naturaliste américain qui se mettrait en tête de refaire, aujourd’hui, le parcours de John Muir aurait certainement bien du mal à retrouver les lieux enchanteurs évoqués par l’auteur, tant les milieux naturels ont souffert de l’appétit insatiable de l’homme. Ne nous reste que la prose d’un passionné qui savait communiquer sa ferveur et son enthousiasme pour les beautés de la nature.

Voir les commentaires

commentaires

Grand-Sachem-la-Brocante 24/09/2010 21:35


ça y est je l'ai lu.....comme quoi rien n'est jamais définitif. Bientôt un petit article sur mon blog!


Folfaerie 26/09/2010 09:53



J'espère que ça t'a plu... j'irai lire ton billet et on en reparlera.



grand-sachem-la-brocante 14/08/2010 13:30


Pour l'instant j'ai mis de coté...je reprendrai dans quelques mois...peut-être en ne lisant que certains passage...


grand-sachem-la-brocante 10/08/2010 12:05


c'est même le premier que "j'essaye" de lire


Folfaerie 14/08/2010 12:19



Je m'aperçois en lisant des billets pour des partenariats (ça concernait Rick Bass et son Winter) que le Nature Writing n'est que peu apprécié...


Tu peux toujours essayer Un été dans la Sierra de Muir, si vraiement ça ne te plait pas non plus, c'est que ce n'est pas ton truc et voilà



grand-sachem-la-brocante 09/08/2010 13:34


Bonjour,
J'ai trouvé dans un vide grenier "voyage en alaska" j'ai commencé à le lire mais j'avoue qu'il me "tombe des mains".
Est-ce que tu l'as lu?


Folfaerie 10/08/2010 10:25



Je l'ai lu il y a plusieurs années et j'en ai gardé un bon souvenir, cependant ma lecture est trop ancienne pour écrire un billet complet. Ta remarque m'étonne un peu, je pense que je vais
remettre le nez dans ce bouquin plus tôt que prévu... Est-ce le premier Muir que tu lis ?



grande pirogue 25/03/2009 17:34

superbe article!

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog