Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-04-10T15:57:00+02:00

Grey Owl sur les traces d'Archie Belaney (Jane Billinghurst)

Publié par Folfaerie

Quelle vie a vécu Grey Owl ! Quelle destinée ! A bien des égards, il m'a fait penser à  Daisy Bates en Australie. Grey Owl a bien évidemment toute ma sympathie pour deux raisons. D'abord c'était un défenseur de la faune sauvage, ensuite il a toujours eu une grande admiration pour les Amérindiens au point de s'inventer une seconde vie. J'avais déniché il y a quelques années un ouvrage sur lui, écrit par Jane Billinghurst, avec beaucoup de photos, que je conseille vraiment.
Grey Owl, de son vrai nom Archibald Belaney (1888-1938), est un anglais qui partit s'installer au Canada pour fuir un milieu familial étouffant et rigide, et une enfance pas très heureuse. Cette nouvelle vie dans un pays lointain lui permet de remettre les compteurs à zéro en se forgeant une nouvelle identité, en l'occurence celle d'un métis Indien.


Après avoir exercé différents métiers, et trappé des animaux, Archie a une soudaine révélation le jour où il sauve des bébés castors. Depuis ce moment, il se dévoue totalement à la protection de la faune sauvage. C'est un excellent conteur, c'est donc tout naturellement qu'il devient écrivain. Il écrit sans relâche pour sensibiliser l'opinion et finit par attirer l'attention de l'Administration canadienne qui lui propose un poste dans un parc national. La vie d'Archie, ou plutôt de Grey Owl, se partage entre livres, conférences et observations de la vie sauvage. Sa vie sentimentale est en revanche fort mouvementée. Plus ou moins englué dans ses mensonges, et imposant un rythme de vie éprouvant à ses compagnes et épouses, Grey Owl ne parviendra pas à garder une relation stable. Il passait beaucoup de temps à cultiver son image d'Indien, toujours revêtu de son costume traditionnel, teignant ses cheveux de noir. Je trouve que sur les photos il fait vraiment illusion.
Les véritables autochtones découvraient bien vite qu'il n'était pas de sang indien, mais ils ne dévoilèrent jamais rien aux journalistes.


A sa mort, la vérité fut découverte et publiée. Mais les Canadiens lui pardonnèrent ce mensonge en raison de la passion qui l'animait, non feinte, pour les animaux sauvages. Et puis, à son époque, où il était si courant de dénigrer les peuples premiers, Archie Belaney fut l'un des rares à manifester une admiration sans bornes pour le peuple Amérindien.
Un personnage vraiment extraordinaire, qui m'a toujours beaucoup plu.

Voir les commentaires

commentaires

Bonneville 31/10/2010 20:24


Merci pour ces infos, j'ai le film grey owl, je le visionne régulièrement pour revivre la grande épopée de sa vie. Cet article est vivifiant. Archie...un grand homme qui a su bien rêver. David


Folfaerie 01/11/2010 10:33



Cette bio était très intéressante mais j'ai surtout hâte maintenant de lire les ouvrages d'Archie. Ils ont été récemment réédités, ça tombe bien. Non seulement il a oeuvré pour la nature, une vie
utile mais il a donné corps à ses aspirations et se rêves. Si peu d'entre nous y parviennent...



Grand-Sachem-la Brocante 11/04/2009 08:02

Je ne connaissais pas ce personnage. Comment se nomme le film?

Folfaerie 11/04/2009 08:12


Je ne sais plus sous quel titre il est sorti au cinéma, mais il a été rebaptisé Grey Owl, tout simplement, pour la sortie en DVD, dispo en zone 2, sur Amazon entre autres.


Folfaerie 10/04/2009 19:05

J'ai oublié de préciser qu'en 1999 Richard Attenborough a tiré un film de la vie de Grey Owl, incarné par Pierce Brosnan, et dans lequel on retrouve l'un de mes acteurs amérindiens préférés, Graham Greene.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog