Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-06-20T21:16:00+02:00

La route, Cormac McCarthy

Publié par Folfaerie

Prix Pulitzer 2007. Jamais prix n'aura été autant mérité.  Mon premier coup de foudre de l'année 2009 fut pour le Prestige de Christophe Priest. Voilà le second.

Le nom de McCarthy m'était familier mais je ne me décidais pas à choisir l'un de ses romans jusqu'à ce que je fasse la connaissance de l'écrivain Yves Berger il y a quelques années. C'est grâce à lui que j'ai acheté Méridien de sang (je lui consacrerai un autre billet). Et puis les années ont passé et je n'ai pas exploré plus avant l'oeuvre de cet auteur. Et puis, il y a plusieurs mois que je lis ça et là les critiques enthousiastes de la Route qui a raflé le prix cité plus haut. En général, j'apprécie les auteurs primés par le Pulitzer (c'est autre chose que le Goncourt...). Et puis surtout, il y a cette adaptation cinématographique qui devrait sortir à l'automne aux USA. Du coup je me suis décidée. Sitôt acheté, sitôt lu.

J'ai pris une grande claque avec ce roman. Happée dès les premières lignes. Le récit est dépouillé à l'extrême, le style est sec, McCarthy est le spécialiste des "et", la ponctuation, connait pas. Les deux protagonistes n'ont pas de noms : ils sont l'homme et le Petit. Le père et le fils. Ils errent sur une terre dévastée et désolée, couverte de cendres. Y a -t'il eu une catastrophe nucléaire ? Une autre monumentale connerie humaine ? On ne sait pas et d'ailleurs l'important n'est pas là. Quelques rares rescapés sillonnent la route à la recherche d'un ailleurs. Les Gentils et les Méchants, mais la frontière est si mince entre les deux camps. L'homme et le petit ont perdu le compte des jours. Ils ont entassé leurs maigres possessions dans un caddie et jour après jour l'unique obsession : manger et continuer à marcher. La peur au ventre. Au fil des pages on en vient à redouter, comme eux, une éventuelle rencontre avec d'autres gens. Il y a ceux qui s'efforcent de demeurer humains, et les autres, qui sont retournés à la barbarie. Plusieurs passages saisissants, dont celui où ils descendent dans une cave... Au bout d'un moment je n'osais plus tourner les pages. Qu'est-ce qui va leur arriver ? Quelles horreurs ? Vont-ils s'en sortir ? C'est rare un livre qui me glace autant le coeur.
Et même temps c'est une histoire qui parle d'espoir et d'humanité. Chacun trouvera ce qu'il veut dans la Route : leçon de morale, fable biblique, peu importe... Moi, je ne crois pas avoir jamais lu histoire d'amour plus poignante et plus belle. L'amour qui unit ces deux êtres. A vous serrer le coeur. McCarthy a écrit un chef-d'oeuvre. En quelques phrases il restitue la monotonie de la vie de ces deux hommes : dans les descriptions, les courts dialogues, l'essentiel est là et derrière on perçoit autre chose. Tous les non-dits.

Maintenant que j'ai terminé le livre, je me dis : pourquoi mettre des images sur ce formidable roman ? Ce n'était pas nécessaire. Mais cela me rassure de savoir que c'est Viggo Mortensen qui endosse le rôle de l'homme. Qui d'autre que lui pouvait s'y confronter ?




Lire aussi le beau billet de El JC

 

coup-de-coeur

Voir les commentaires

commentaires

Luna 23/05/2011 09:53


"La route" est vraiment un livre très étonnant. QUand je l'ai ouvert, je m'attendais à tout sauf à ça... Il est étrange et dérangeant, mais se lit très facilement. C'est le genre de livre qui nous
encourage à nous poser des questions. Je je peux pas dire que c'est une belle histoire, mais l'idée est là... (j'espère que tu comprends ce que je veux dire !)
Le pire dans "La route", c'est que Cormac McCarthy joue sur l'anonyme : on ne connait pas le nom des différents personnages, mais on est terriblement touché par eux. C'est comme regardé un JT, on
ne connais rien d'eux, mais on aimerait pouvoir les aider, mais c'est impossible...
A lire !

D'ailleurs, si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur "la route" sur mon blog.
Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!


Folfaerie 24/05/2011 13:41



Je vais aller voir ton billet. C'est vrai qu'il est terrible ce roman. Il m'arrive d'y penser encore...



Sebmagic 24/07/2010 19:24


J'ai vu le film, qui m'a poussé à lire le livre. Les deux sont des chefs d'oeuvre dans leurs domaines respectifs. J'ai été ému, surpris et scotché par cette vision de notre monde si sombre... Le
style du bouquin est fidèle à l'ambiance. Froid, gris et déprimant.


Folfaerie 26/07/2010 14:59



J'ai été moins émue par le film, probablement parce que j'avais déjà pris une grande claque avec le roman. Et bizarrement, malgré la qualité de l'interprétation des acteurs, je ne trouve pas que
l'adaptation apporte quoi que ce soit. Parce qu'elle est très fidèle au livre, ou bien parce que c'est vraiment très déprimant... ?



El JC 26/02/2010 14:38


Je découvre ta chronique tardivement et m'aperçois que pour toi aussi la magie a opérée. Je voulais absolument le lire avant de voir la transposition sur grand écran. En un autre temps, un acteur
comme Lino Ventura aurait pu être aprfait également.


Folfaerie 01/03/2010 12:41


Ah, je n'aurai pas pensé à Lino Ventura... trop rassurant justement. En fait, je ne vois pas quel acteur
français pourrait se glisser dans le rôle du père...


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog