Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-06-26T20:54:00+02:00

Peintres américains du Far-West : Charles Russell et Frédéric Remington

Publié par Folfaerie


Tableau ci-dessus : la chasse aux bisons (Charles Russell)

Lorsqu'on s'intéresse à l'Ouest mythique et aux tribus indiennes, deux noms sont vites incontournables : Frédéric Remington et Charles Russell, tous deux peintres et sculpteurs. On doit à Russell une magnifique série de tableaux consacrés à la vie des Indiens (tout comme Remington d'ailleurs) mais ma préférence va à Russell, un des rares hommes de son époque à avoir eu autant de respect et de considération pour les Indiens.

Charles Russell (1864-1926) était un jeune chien fou, dépourvu d'éducation, et fasciné par l'Ouest sauvage qu'il arpenta de nombreuses années. Chasseur, conducteur de bétail... Tout était bon pour passer le plus de temps possible à l'air libre, dans les grands espaces. Ses modèles furent donc ces cow-boys dont il partagea l'existence. Scènes d'un réalisme saisissant, et témoignage capital car déjà l'Ouest sauvage touchait à sa fin, et Charles Russell en était extrêmement conscient. La civilisation gagnait les Grandes Prairies... Ce qui m'a intéressée et touchée, c'est l'expérience de Russell avec les "Peaux-Rouges". Il vivait à une époque où la défaite de la Little Big Horn était bien ancrée dans les esprits et où le racisme anti-indien dominait. Lui pourtant, se lia d'amitié avec certaines tribus. Il passa six mois avec les Piegans au Canada, puis les Pieds-Noirs. Il apprit leur langage, leurs coutumes, et au fil des années, sa conviction fut que l'Homme Rouge valait mieux que le Blanc... Ses tableaux ont donc aussi une importance ethnologique. Le souci des détails (les coiffes, les vêtements...) permettent d'avoir de précieux renseignement sur le mode de vie de certaines tribus. Mais surtout, il sut retranscrire les émotions de toute une nation qui après quelques faits glorieux, sombra irrémédiablement dans la déchéance. Pour les cow-boys, c'était la fin d'un mode de vie, mais pour les Indiens, c'était le début de l'asservissement, et une nouvelle vie dans les réserves. Charles Russell est donc le témoin de ces derniers moments, où les tribus indiennes étaient encore libres. C'est un monde désenchanté et nostalgique qui se dégage de ses peintures mais également sauvage et rude, et c'est sans doute l'artiste qui sut le mieux lui rendre hommage.

Remington (1861-1919) a passé moins de temps qur "le terrain", ne restant que quelques mois ici et là. Dans sa jeunesse il fut chasseur, et fut donc attiré très tôt par les grands espaces. Lui aussi fut le témoin d'un mode de vie destiné à évoluer : celui des pionniers. Il était moins enclin à apprécier les "Peaux-Rouges" pour ce qu'ils étaient, des êtres humains différents, mais appréciait leur "folklore" et le fait qu'ils faisaient partie intégrante du mythe du Far-West. Il fut ensuite correspondant de guerre et illustrateur pendant la guerre hispano-américaine en 1898. Remington, comme Russell, fut le témoin des derniers jours du Far-West.

Tableau ci-dessous : l'éclaireur (Frédéric Remington)



Je ne sais pas si on peut toujours trouver les ouvrages en français consacrés à ces deux artistes, à moins de fouiner dans les bouquineries. Mais on trouve, sur Amazon en particulier, un grand nombre d'ouvrages, plutôt des catalogues d'ailleurs, en langue anglaise.

Voir les commentaires

commentaires

grande pirogue 03/07/2009 22:49

trés beau tableau!

Grand-Sachem-la-Brocante 30/06/2009 20:40

Bien trouvé, sur ce coup Folfearie a doublé Grand-Sachem qui n'a pas trouvé de livre (ou autres supports) sur ces deux peintres. Bel article que Grand-Sachem citera dès qu'il en aura l'occasion!

Folfaerie 03/07/2009 17:05


J'ai la chance de posséder les deux ouvrages parus chez PLM éditions. Je te réserve une autre "surprise" pour l'été...


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog