Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-08-10T20:08:00+02:00

Le serment (Howard Fast)

Publié par Folfaerie


J'adore Howard Fast, un de mes écrivains américains préférés depuis que je l'ai découvert avec Sylvia. La plupart de ses romans sont épuisés (encore une injustice de l'édition française) mais on les trouve relativement facilement chez les bouquinistes.

Bruce Bacon, correspondant de guerre pour le New-York Tribune se trouve à Calcutta en 1945. A peine arrivé, il met son nez dans une affaire délicate : la rumeur court que les Anglais ont volontairement affamé des milliers d’Indiens afin de décourager un mouvement de libération nationale. Obligé de quitter précipitamment le pays à cause de son enquête, Bacon rentre aux Etats-Unis où il décide d’écrire un livre sur ses expériences en Europe, et d’évoquer cette famine en Inde. Mais l’Amérique, en proie à une véritable crise de paranoïa, a décidé de faire la chasse à tous ceux qui osent critiquer la politique américaine. Progressivement, Bruce Bacon assiste, plus ou moins impuissant, à la lente désagrégation de sa vie. Surveillé par le FBI, soupçonné d’être sympathisant communiste, Bruce perd son job et ne parvient même pas à faire éditer son bouquin au terme de trois années de travail. Entretemps, il rencontre une journaliste communiste, Molly, une grande rousse issue d’un milieu pauvre, fille d’immigrés irlandais, pleine de générosité et de compassion, accrochée à son idéal. Il en tombe éperdument amoureux, et lorsqu’il est enfin convoqué devant la Commission des activités anti-américaines présidée par McCarthy, il se refuse à coopérer et impliquer sa fiancée.
Malgré le talent de son avocate, Sylvia, il est condamné à un an de prison et envoyé dans un établissement modèle, perdu au milieu des bois, où il n’y a ni barreaux ni gardes armés. Au contact des autres prisonniers, Bruce change. Il se prend à aimer le travail manuel, l’effort physique, il apprend à haïr et rendre les coups.

Je ne dévoilerai pas le reste de l'intrigue mais le roman est en tout point captivant.

La dernière page tournée, on ne peut que se demander comment les Américains ont pu laisser faire de pareilles choses. Des hommes et des femmes furent persécutés à travers tout le pays en raison de leurs opinions et de leurs convictions. Des communistes, des pacifistes, des gens simplement dénoncés par des collègues ou voisins jaloux. Cette chasse aux sorcières dont Fast fit lui aussi les frais.

Voir les commentaires

commentaires

Sandra 11/08/2009 08:00

Ah ! Howard Fast, quel écrivain ! Merci de reparler de lui. Justement, c'est drôle parce que je suis en train de relire l'ange déchu !

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog