Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-09-02T11:15:00+02:00

La véritable histoire du gang Kelly (Peter Carey)

Publié par Folfaerie

J'ai toujours eu un faible pour les causes perdues et les héros qui finissent mal...
Cela fait bien des années que je connais l'histoire de Ned Kelly mais je n'avais jamais eu l'occasion de lire le récit intégral de ses aventures jusqu'à la version de Peter Carey, écrivain Australien.

Beaucoup de similitudes entre Ned Kelly et le légendaire bandit de l'Ouest Américain Billy the Kid. Ned Kelly est le plus fameux bandit de l'histoire de l'Australie, un peu assimilé à un Robin des Bois.
Fils d'émigrés irlandais, le jeune Kelly appris très tôt que la vie pouvait être un enfer sur terre. Les familles (nombreuses) Irlandaises devaient survivre sur les terres les plus ingrates, les terres fertiles étant attribuées aux Anglais plus fortunés. Dans cette seconde moitié du XIXème siècle, le schéma de la situation politique en Irlande se répétait donc sur le sol australien.
Le moins que l'on puisse dire c'est la vie de Ned Kelly ne fut qu'une succession de malheurs et de malchances. C'est donc fort logiquement qu'il effectua plusieurs séjours en prison et qu'il se lança dans la carrière de voleur de chevaux, après avoir tenté, en vain, de suivre une voie honnête.
Le roman est en fait une longue confession de Ned Kelly à sa fille qu'il n'a pas eu le temps de connaître, et qu'il rédige au gré de ses cavales. Peter Carey s'est glissé dans la peau de son héros, s'exprimant comme Kelly devait le faire à son époque. Phrases parfois hachées, langage familier, abréviations curieuses, absence de ponctuation et surtout ce mot qui revient tout au long du roman : "épithète". Kelly ne souhaitant pas user de mots grossiers, il remplace donc toutes les injures par le mot "épithète"...

Carey parvient à restituer la beauté de ce pays, pourtant bien malmené par tous ces colons, et à nous faire aimer ce voleur de chevaux sans peine. Traqué sans répit par les "cognes" anglais qui persécutent sa famille, Kelly incarne le pauvre irlandais qui se rebelle contre le pouvoir anglais. Celui lui vaut la sympathie de beaucoup. Et d'ailleurs, Kelly est plutôt une bonne nature, répugnant à tuer. Pour autant, et malgré les innombrables injustices commises par le pouvoir en place, les Irlandais n'étaient guère meilleurs. La plupart de ceux installés en Australie avaient d'abord goûté l'hospitalité des colonies pénitentiaires. Buveurs, voleurs, meurtriers, bagarreurs et racistes, ayant peu de considération pour le peuple aborigène.
C'est aussi ce que j'ai aimé dans le roman. Peter Carey ne fait pas du peuple irlandais un peuple martyr. Mais il nous fait entrer dans le quotidien d'une poignée de gens qui méritaient autre chose que cette vie sordide.

La fin de Ned Kelly est évidemment aussi tragique que sa courte vie et sans surprise. Après une fusillade sanglante qui décime son gang, et malgré l'armure qu'il s'est confectionné, Kelly est capturé par la police, bien amoché, et conduit en prison où il sera sommairement jugé et pendu à l'âge de 26 ans. Une légende était née.

Un joli film sur Ned Kelly a particulièrement retenu mon attention. Il s'agit de la version la plus récente,  avec Heath Ledger et Orlando Bloom. A voir en DVD.

Voir les commentaires

commentaires

Cécile (Editions Anacharsis) 03/09/2009 12:55

Si vous aimez cette littérature, peut-être connaissez-vous "La Véritable histoire de Billy the Kid", publié aux éditions Anacharsis (http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/LA-VERITABLE-HISTOIRE-DE-BILLY-THE.html)? Raconté par Pat Garrett, le shérif qui l'a tué et ainsi participé pour beaucoup de sa légende...

À lire également, "La Chute de Géronimo", ou la déconstruction d'un mythe par un de ses contemporains (http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/LA-CHUTE-DE-GERONIMO.html).

Pour finir et si vous avez aimé "un fou ordinaire" d'Abbey, je ne saurais que trop vous recommander (dans un autre genre mais avec de belles et surprenantes évocations du désert, et de deux autres fous pas si ordinaires) "L'Autre", de Charlie Galibert (http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/L-Autre,3164.html). Western revisité, qui use et détourne les codes du genre - deux chasseurs de prime se poursuivent dans l'Ouest américain, où les méditations métaphysiques alternent avec le récit d'aventures...

Folfaerie 03/09/2009 14:52


Merci pour ces liens intéressants. En ce qui concerne Geronimo, il existe de nombreux ouvrages à son sujet. Le premier que j'ai lu était Pleure Géronimo de Forest Carter qui m'a beaucoup marquée et
m'a donné ensuite envie de creuser le sujet. Je puise souvent aux éditions du Rocher, collection Nuage Rouge, où l'on trouve justement la bio de Geronimo par Angie Debo. Olivier Delavault le
fondateur y est allé de sa contribution, chez Folio. Faute d'un budget illimité, je ne peux donc acheter tous les ouvrages se référant au célèbre chef d'autant plus que 3 ou 4 lectures différentes
me semblent suffisantes pour avoir une opinion sur Geronimo.
Idem pour Billy le Kid dont est une biographie est parue en collection Nuage Rouge et signée Robert Utley. C'est une lecture trop ancienne pour que j'en rédige une chronique, il faudrait donc que
je m'attelle à une relecture.
Le dernier titre que vous citez m'est inconnu. A voir.

Dans un tout autre genre, j'ai repéré en revanche quelques titres de Régis Boyer (les sagas) qui m'intéressent fortement sur le site que vous mentionnez.


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog