Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-08-04T15:50:00+02:00

Dr Fischer de Genève (Graham Greene)

Publié par Folfaerie

Merci à Blog O Book et aux éditions Robert Laffont pour la découverte de ce court et noir roman.

Si vous étiez le gendre, d'humble condition, d'un riche hommes d'affaires suisse, seriez-vous prêt  à assister à un dîner dont l'unique but est d'humilier les autres riches convives ?

C'est ce qu'accepte, un peu à contrecoeur au début, le narrateur de ce conte cruel, Alfred Jones, un quinquagénaire qui a eu la chance d'épouser la jeune et jolie fille du docteur.

 

Employé comme traducteur dans une chocolaterie, Jones mène une vie ordinaire jusqu'à sa rencontre puis son mariage avec Anna-Luise.  Son existence bascule dès lors qu'il fait la connaissance de l'énigmatique Docteur Fisher. Cer dernier organise des dîners pour un petit groupe d'élus fortunés au cours desquels il leur fait subir toutes sortes d'humiliations avant de leur octroyer leur récompense, en général un cadeau très coûteux.

Même si l'on est pas forcément cynique, on ne peut que se rendre aux arguments du docteur : la cupidité humaine est sans limites.

 

Green dresse les portraits savoureux de ces ignobles courtisans : M. Belmont, Mrs Montgomery, riche veuve et seule femme de cette assemblée, Mr Kips (dont Fischer s'est cruellement moqué...),  Richard Deane, un acteur has-been, le divisionnaire Kruger. Tous sont prêts à lécher les bottes du Dr pour augmenter leurs richesses.

Commme le narrateur, on observe avec fascination et dégoût, la déchéance de ces immondes parasites.

Pour autant, le Docteur Fisher ne m'a pas été plus sympathique. Même si l'on comprend son point de vue, on ne peut oublier qu'il a lui-même provoqué le drame familial dont il souffre encore et que sa fille ne lui pardonne pas.

Cette farce grotesque et malsaine souligne une fois encore la noirceur de l'âme humaine. Entre cruauté, bêtise et faiblesse, les protagonisques s'engluent dans la toile machiavélique d'un homme finalement plus pathétique que méprisable.

La scène finale, le dernier dîner, est d'ailleurs le point d'orgue de cette sinistre comédie dont le narrateur et la lectrice que je suis, ne ressortent pas indemnes...

Vous l'aurez compris, une excellente surprise (mais enfin, comment être déçue par Graham Greene ?) qui me donne envie de continuer à explorer l'oeuvre de cet écrivain.

 

A noter : un téléfilm fut tiré du roman  en 1985 avec James Mason dans le rôle du Dr Fisher et Alan Bates dans celui d'Alfred Jones. 

Voir les commentaires

commentaires

pimprenelle 16/08/2010 17:55


J'ai adoré tout le cynisme contenu dans ce court roman!


Folfaerie 17/08/2010 09:40



Graham Greene devait être un homme bien désabusé... Ceci dit, quand on a été espion, ça doit être bien compréhensible !



Cath 05/08/2010 13:37


Tiens, je ne le connais pas celui-ci... je vais le mettre dans ma liste, j'aime beaucoup Graham Greene.


Folfaerie 05/08/2010 21:22



Pour l'instant, j'ai juste eu un petit blocage avec le Consul honoraire, commencé et pas terminé. Je le reprendrai, il n'y a pas de raison...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog