Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-12-27T13:22:00+01:00

Druide (Oliver Peru)

Publié par Folfaerie

Grand merci à Livraddict et aux éditions Eclipses pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

Oliver Peru est l’auteur qui a co-écrit avec Patrick McSpare le très bon premier tome des Hauts Conteurs (dont j’attends d’ailleurs le tome 2 avec la plus vive des impatiences). J’étais donc curieuse de lire le premier roman fantasy de cet auteur qui me semblait prometteur.

Druide raconte l’histoire d’une poignée de druides menés par Obrigan Yslain, de l’ordre des Loups, dont la mission consiste à enquêter sur des meurtres particulièrement horribles, perpétrés par des créatures aux yeux d’or qui semblent surnaturelles, événement qui risque fort de déclencher à nouveau une guerre entre les royaumes des hommes : d’un côté le Sonrygar sur lequel règne le bouillant roi Yllias et de l’autre le Rahimir, gouvernés par le vieux roi Tiriekson et son fils, le prince Jarekson. Ce dernier traîne une réputation de prince perfide et cruel, accentuée par un physique peu engageant.

 

Mais Obrigan et ses apprentis, Tobias et Kesher, épaulés par une jeune druide de l’ordre des Ombres, Arkantia, vont découvrir peu à peu que la menace qui pèse sur les Hommes n’est rien en comparaison du funeste sort qui attend le monde des druides… Mélancolie, tristesse et sentiment de découragement flottent entre les pages  de ce livre. 

Dans un lieu et à une époque indéterminés, la terre est donc le théâtre d’affrontements sanglants : les Hommes, comme d’habitude, avides de pouvoir, luttent pour la suprématie d’un royaume, mais ils doivent également affronter le Mal Absolu, tandis que les Druides (divisés en quatre Ordres : Loups, cerfs, Ombres et Corbeaux), habitants de la grande forêt, s’efforcent de garder une certaine neutralité. Le sacrifice de certains n'en sera que plus poignant.  

La grande force du roman réside dans les personnages. Oliver Peru sait leur donner corps avec talent. On se prend immédiatement de sympathie pour la plupart des protagonistes, y compris pour ceux qui semblent le moins sympathiques comme Jarekson.  L’auteur a choisi en effet d’alterner les points de vue   et aucun des personnages n’est entièrement bon ou mauvais, point de manichéisme ici, les différentes personnalités se parent de nuances et d’ambiguités. Le héros est en proie au doute, peut être tenté de commettre un acte lâche, tandis que le supposé « méchant » est capable de bonnes actions.

Les descriptions de la forêt sont superbes, elles donnent envie d’aller se promener sous ses frondaisons. Malgré tout, j’ai un peu regretté le caractère passif des arbres. Chaque druide est en effet lié spirituellement à un arbre, ce qui est somme toute classique, mais aucune autre possibilité n’a été exploitée par l’auteur.

Les druides sont dotés de certains pouvoirs, comme celui de communiquer avec les animaux lorsque le besoin s’en fait ressentir et là encore, j’ai regretté que les interactions druides-animaux n’aient pas été développées davantage. Mais ce sont que de petits détails, guère gênants…  

Pendant les deux tiers du roman, le lecteur suit Obrigan et ses apprentis dans leur quête pour retrouver les assassins de la citadelle, tandis que les révélations les plus étonnantes émaillent le récit. Le dernier tiers est presqu’uniquement consacré à la bataille qui oppose les druides, les hommes et les monstres aux yeux d‘or, appelés fils du Rôdeur. Ce Rôdeur, d’une certaine façon, est un archétype. Je n’évoquerai pas davantage Sauron, sinon on pourrait croire que je vois des références au Seigneur des Anneaux partout ! mais je pense également à certaines mythologies et aux contes celtes.

J’ai suivi la progression de cette quête-enquête avec beaucoup d’intérêt, de plaisir et d’angoisse. Le suspense est soigneusement entretenu, les rebondissements nombreux. Seule la dernière partie du roman m’a semblée un peu trop longue et Oliver Peru n’a pas pu éviter quelques répétitions : l’attente entre les attaques des monstres, les courses-poursuites et les vaines tentatives pour tuer des créatures qui semblent invincibles. Pour un premier roman, ce sont quelques faiblesses qu’on pardonne bien volontiers et qui ne gâchent pas le plaisir de la lecture.  

Non, ce qui m’a finalement fort dérangée, ce sont les descriptions des meurtres. D’après ce que j’ai pu lire ici et là, Druide pourrait être classé en Dark Fantasy. Un genre où le pessimisme et les héros fatigués dominent. Jusque là, rien à dire. Mais l’aspect « horreur » en constitue également un des ingrédients. Une partie que je ne goûte guère. Ceci n’enlève rien à la  qualité du roman, seulement les descriptions de corps sanguinolents, de tortures et de meurtres bestiaux provoquent en moi du dégoût plutôt que de délicieux frissons d’angoisse. Disons que ce n’est pas ce que je recherche en fantasy, et en tout cas, je préfère ce qui est suggéré.

 

Malgré ce bémol, je ne peux que féliciter Oliver Peru (au fait, c’est lui qui illustré la couverture) qui me semble bien parti pour se faire un (grand) nom en fantasy française.

banniere-livraddict.jpg 

 

Voir les commentaires

commentaires

Lalou 25/01/2011 11:35


J'ai lu "Les Haut Conteurs" 1 et 2 de l'auteur (en collaboration avec Patrick McSpare) et je suis sous le charme.
Alors... j'ai bien envie de découvrir "Druide", même si je ne suis pas folle friande des descriptions "gore". On verra bien... je l'ai commandé avant-hier (quasi introuvable en librairie chez
moi!!)


Véro. 28/12/2010 20:31


Il est dans ma LAL mais je sens l'envie de le lire qui monte irresistiblement ...


Folfaerie 31/12/2010 08:53



Je dois être pour le moment la seule lectrice à ne pas être 100% enthousiaste ;-)



ryuuchan 27/12/2010 21:48


A défaut de m'aider, ça précise ce que tu voulais dire d'autant mieux que tes deux références me parlent ^-^ Bon bref, apparemment pas de malsain complaisant donc, du coup je crois que je vais
aller y faire un tour. Merci :)


Ryuuchan 27/12/2010 14:31


Eh bien. Avec les remous que j'ai remarqués sur Livraddict, je dois dire que les éditions Eclipses m'intriguent, et à plus forte raison avec ce livre, qui a l'air de susciter pas mal d'intérêt.
Cette critique fait bien envie et ton enthousiasme est assez communicatif ^-^. Le hic reste ce qui t'as dérangée, et par là-même me vient une question : ces descriptions sont-elles juste peu
ragoûtantes, ou au-delà ?

Et du coup, je pense que ma lecture dépendra de ta réponse. Actuellement, je commence à mépriser les ouvrages qui prennent plaisir à mettre du malsain (genre Grangé) et la fascination qui l'entoure
- un bon écrivain ne devrait à mes yeux pas à avoir recours à ce genre d'artifice pour se faire un public.

Joli billet en tout cas :)


Folfaerie 27/12/2010 21:07



Que dire ? Je n'aime pas les descriptions de tortures et de meurtres bien sanguinolents (genre "les tripes et les boyaux lui sortaient du corps...", hum) et des scènes violentes peuvent se
justifier selon le roman, si je n'y décèle aucun plaisir malsain de la part de l'auteur. Je vais te donner 2 exemples concrets : j'avais vraiment bien aimé le polar-pastiche de Holmes
"Elémentaire ma chère Sarah" de Jo Soares sauf que les scènes avec le meurtier m'avaient gênée (c'était assez glauque) et que là j'y voyais de la surenchère de la part de l'auteur histoire de
brasser un large public.


Autre exemple différent : dans la première trilogie des Elfes de Fetjaine, je trouve les scènes de bataille très violentes et plutôt dures mais racontées avec un certain recul et du panache. Je
ressentais le fracas des batailles mais sans être "écoeurée" par la violence car Fetjaine ne s'appesantit pas sur les détails.


Je suis sûre que ça ne t'aide pas beaucoup tout ça  Je crois que tu peux lire Druide si tu es moins "délicate"
que moi. Je commence même à penser que la violence finit par me rebuter dans n'importe quel roman. Mince, il est temps que je revienne aux écrivains victoriens moi..., un peu de délicatesse
dans ce monde de brutes 



scor13 27/12/2010 13:41


Les écrits de cet auteur font partie de mes achats à venir. J'ai très envie de le lire


Folfaerie 27/12/2010 21:08



Et bien c'est seulement le second roman de Peru que je lis, mais je le suivrai volontiers avec un troisième livre.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog