Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-07-08T06:57:00+02:00

Hamlet (William Shakespeare)

Publié par Folfaerie

Bien, pour débuter le challenge "tous au théâtre" de Leiloona, je ne pouvais pas présenter une autre pièce qu'Hamlet, celle-ci étant ma préférée, une de mes oeuvres de chevet, depuis que je l'ai découverte.

 

Je ne vous ferai pas l'affront de résumer la pièce la plus célèbre du répertoire Shakespearien, la plus longue aussi, pour vous raconter plutôt quelques anecdotes sur sa création et son interprétation.

Les siècles ont passé mais cette pièce est certainement l'une des plus disséquées et des plus étudiées.

L'origine d'Hamlet se perd dans les limbes de l'histoire du nord de l'Europe, pays celtes ou scandinaves, mais il est à peu près certain que Shakespeare a tiré l'essentiel de sa pièce d'un ouvrage écrit au XIIème siècle par Saxo Grammaticus (que je vous recommande d'ailleurs) qui se veut une histoire du Danemark et qui s'intitule La geste des Danois. L'un des chapitres est consacré au Prince de Jutland, Amlethus, qui simula la folie pour venger la mort de son père.

En ce qui concerne son interprétation, les nombreuses escarmouches en France furent bien souvent le résultat des erreurs de traduction. Je ne sais pas si on trouve encore aujourd'hui la traduction d'Hamlet due à Marcel Pagnol, mais dans une excellente préface, celui-ci révèle les erreurs de traduction qui firent de la pièce un momument d'absurdités eà la fin du XIXè (et au début du XXème siècle  aussi d'ailleurs). Les grands sujets de discussion portèrent sur son aspect physique et sa folie.

A titre d'exemple, voici quelques erreurs dûment relevées par M. Pagnol :
Lors du dialogue entre Hamlet et Ophélie, au troisième acte, les propos tenus par le prince sont relativement crus et obscènes. Les traducteurs s'empressèrent donc de gommer cet effrayant aspect mais il en résulta des phrases compliquées et ridicules, et pour tout dire...incompréhensibles.
Enfin, une erreur de traduction fut également à l'origine de discussions sans fin sur l'une des tirades les plus célèbres, et probablement d'une erreur de compréhension. Jugez plutôt : Au début de la pièce, après qu'Hamlet ait vu le fantôme de son père, il entame un monologue qui va expliquer toute sa conduite future. Le vers anglais était celui-ci : "While memory holds a seat, In this distracted globe !". La plupart des traducteurs crurent qu'il s'agissait du globe terrestre, et par conséquent, le vers français n'avait aucun sens. Marcel Pagnol proposa alors une autre solution. Et si par "globe" Hamlet voulait dire sa tête, son crâne ? Après avoir vu le fantôme, il sentait qu'il devenait fou... distracted globe. On peut donc se demander si le pauvre Hamlet a simulé la folie jusqu'au bout, ou bien s'il était plutôt la proie de crises nerveuses, et de folies passagères contre lesquelles il ne pouvait rien...

Bref, le mieux est encore de lire et de relire Hamlet, en anglais si possible,  que, personnellement, je considère comme le chef d'oeuvre du grand maître.

A noter également, que parmi toutes les adaptations cinématographiques, de Laurence Olivier à Kenneth Brannagh, ma préférence va à la version de Zeffirelli (avec Mel Gibson, Glenn Close, Alan Bates, Ian Holm, bref un casting prestigieux), et surtout à l'adaptation de la formidable pièce de Tom Stoppard "Rozencrantz et Guilderstein sont morts" interprétés par les excellents Tim Roth et Gary Oldman.
Enfin, j'avais vu il y a bien longtemps une version ciné "le prince de Jutland" qui se voulait proche du récit originel (c'est à dire de La Geste des Danois). Hamlet était interprété par le jeune Christian Bale. 
 
Au théâtre, je n'ai pas eu l'occasion d'assister à une représentation avec un comédien célèbre; Je garde un souvenir enchanté en revanche, d'une après-midi au Théâtre de Verdure du jardin Shakespeare (Le pré Catelan au Bois de Boulogne - Paris). Un endroit fort charmant, bucolique et en plein air.  Le temps était superbe, c'était au mois de mai, et la compagnie du Vitrail nous avait gratifié d'une très honnête adaptation. Le festival Shakespeare est d'ailleurs toujours organise entre mai et septembre, avis aux amateurs...
 

What a piece of work is a man! How noble in reason! how infinite in faculty! in form, in moving, how express and admirable! in action how like an angel! in apprehension how like a god! the beauty of the world! the paragon of animals! And yet, to me, what is this quintessence of dust? man delights not me; no, nor woman neither, though, by your smiling, you seem to say so.

Voir les commentaires

commentaires

syl 12/06/2012 19:54

Bonjour,

J'ai suivi votre conseil, j'ai vu le Prince de Jutland et j'en ai fait un commentaire sur mon blog
http://horatio.hautetfort.com

Ce film permet de voir la différence qu'il y a entre:
- la folie de la stratégie (le Prince de Jutland)et
- la stratégie de la folie (Hamlet de Shakespeare)

Depuis votre visite mon blog et mes analyses ont évolués. Cela me fait penser à ce que vous dites de Pagnol:
- Pourquoi "antic disposition" a été traduit par "humeur bouffonne" (après la rencontre avec le spectre)
- Pourquoi "I must be Idle" a été traduit par "je dois faire le niais" (juste avant la représentation)

J'ai découvert de nouvelles choses:
- la souricière est un échec
- dans le premier In-quarto, avant la scène de la galerie, il est précisé: la reine sort; pas dans les autres et pas dans la traduction de Jean-Michel Déprats pour la pléïade. Cela explique qu'elle
soit au courant (après la scène de la chambre) et du même coup, partie prenante pour l'exil d'Hamlet.
- Hamlet se jette dans le duel final en connaissance de cause. Il est alerté par:
- les enjeux grotesques du pari
- le jeu de Laërte pour le changement d'épée
- la mouche qui manque au fleuret de Laërte (discussion en cours avec des escrimeurs anglophones)
- le cri de Claudius pour empêcher Gertrude de boire la coupe

Et sur mon blog, une surprise vous attend: l'interview du Roi Lion et de Horatio

A bientôt
Sylvain

Folfaerie 20/06/2012 22:22



Je vais aller lire votre billet dès que possible



Luna 23/04/2011 16:45


J'aime, j'aime, j'aime !

cette histoire est extraordinaire :)

Je viens d'ailleurs de publier mon avis sur "hamlet" sur mon blog...


Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!


Folfaerie 26/04/2011 14:38



Je vais aller voir ton billet dans ce cas. Tu as vu les daptations ciné aussi ?



Véro. 10/07/2010 14:08


J'ai eu du mal avec cette pièce qui ne m'a pas enthousiasmé...


Folfaerie 10/07/2010 17:54



peut-être faudrait-il que tu en voies une adaptation pour avoir un déclic ? Il y a la version de Zeffirelli avec Mel Gibson, celle de Kenneth Brannagh et dans les grands classiques hollywoodiens,
celle avec Laurence Olivier...



Leiloona 09/07/2010 12:01


Désolée, erreur d'identification au-dessus ...
*blonde powa*


Miss_GnaGna 09/07/2010 12:00


Oh, je ne savais pas que Pagnol avait relevé quelques erreurs ! Intéressant !
Merci pour ta participation ! :)


Folfaerie 10/07/2010 11:26



Moi non plus, je l'avais découvert un peu par hasard, mais son analyse de la pièce m'avait enthousiasmée.



kass 08/07/2010 16:58


Monsieur Willian.S est grand indubitablement magnifiquement !,j'ai un peu oublié dans la poussière de mes livres ceux du grand Shakespeare ,mais ils sont Là..TU dits Hamlet et moi je me rapelle de
Macbeth et de ces mots là " Life _ It is a tale told by an idiot, full of sound and fury, and signifyng nothing." Ado, j'aimais beaucoup.. à présent is résonnent comme une devise certaines nuits
d'insomnies sombres à agitées..


Folfaerie 10/07/2010 11:32



Ah oui, j'aime aussi cette tirade de Macbeth, superbe... C'est ça qui me fascine chez lui. Même à travers tous ces siècles qui nous séparent, ses mots résonnent en chacun de nous.


 We are such stuff
 As dreams are made on; and our little life
 Is rounded with a sleep.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog