Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-05-11T10:22:00+02:00

Into the wild (John Krakauer)

Publié par Folfaerie

 

Parce qu’il a eu, lui aussi, une jeunesse un peu difficile, le journaliste Jon Krakauer s’est attaché à reconstituer le parcours du jeune Chris McCandless, cet étudiant américain qui avait choisi de fuir la société pour vivre l’aventure en Alaska, où il trouva une mort tragique.

Alors, disons-le tout de suite, si notre société vous dégoûte, si vous cauchemardez à cause de la mondialisation, si votre job est une routine sans fin (ou si vous n’en avez pas ! ) ou si la vie de famille vous pèse, ne liez-pas ce bouquin, vous pourriez avoir envie de tout laisser tomber et de partir sac au dos…

 

Chris était jeune, brillant, intelligent et sensible. C’était un idéaliste à la fois généreux et très égoïste, qui voulait fuir une société qu’il ne comprenait plus, et plutôt que de se laisser étouffer, il a choisi d’aller respirer le parfum de la liberté et de l’aventure.

Pour ça, il n’y a pas 36 000 manières : il suffit de partir, de tout laisser derrière soi, les amis, la famille et les biens matériels. Très influencé par ses lectures, notamment Jack London, Thoreau, Tolstoï, Chris a choisi l’Alaska pour y tenter l’ultime expérience.

 

A l’aide des témoignages, des courriers et morceaux de son journal intime, Krakauer retrace l’itinéraire de Chris, raconte ses amitiés éphémères, les jours de doute et de fatigue à faire du stop, les dangers évités de peu et l’arrivée dans cette nature rude et sauvage où Chris souhaitait se retrouver, cette destination mythique, l’Alaska, symbole du wilderness.

Mal préparé, un peu insouciant ou trop confiant en ses capacités, le jeune homme doit subir la rude loi de la nature et l’épreuve tourne au cauchemar.

Lorsque Krakauer rédigea son article, beaucoup de lecteurs écrivirent au journal, essentiellement pour condamner l’inconscience du jeune homme et souligner à quel point il était stupide. Mais le journaliste ne partageait pas cet avis et cherchant à tout prix une explication, il eut l’idée du livre. Au fil des pages, de la reconstitution de ce puzzle, on finit par réfuter cette image d’un jeune gars stupide. Chris McCandless n’était ni fou ni suicidaire. Se dessine au contraire le portrait d’un jeune homme attachant, libre et désireux de s’affranchir de certaines règles. Et finalement, plutôt que d’envisager cette histoire comme un gâchis, je me suis dit que c’était plutôt un beau parcours, celui d’un homme qui avait trouvé le courage nécessaire pour vivre son idéal. Il est impossible de ne pas songer à sa propre existence quand on lit l’histoire de Chris. Cela nous renvoie à nos propres choix, nos décisions, notre lucidité et même notre courage.

 

J’ai découvert le livre après avoir vu ce que je considère comme le plus beau film de Sean Penn. Un film clair, limpide et vivifiant à l’image des paysages de l’Alaska. Contrairement au journaliste, Sean Penn ne cherche pas à comprendre et encore moins à juger le personnage de Chris. Il se contente de le suivre dans ses pérégrinations. Les images sont sublimes, beaucoup de scènes sont magnifiques, notamment celle où Chris marche sur le tronc des arbres, lorsqu’il rencontre les chevaux, quand il se tient au sommet de cette colline, bras écartés… Comment ne pas être émue quand la caméra s’attarde sur le beau visage triste du vieux monsieur qui veut l’adopter (magnifique Hal Holbrook), comment ne pas avoir le cœur serré lorsque Chris comprend qu’il se retrouve prisonnier de cette nature, que les forces commencent à lui manquer. Le jeune acteur, Emile Hirsh, est tout simplement formidable. Je l’ai vu il y a un moment déjà, et certaines images me sont restées en mémoire… du grand Sean Penn.

 

Livre et film sont donc complémentaires. J'avoue une préférence pour le film car Krakauer n'est pas un romancier, ce n'est pas son oeuvre qui suscite l'émotion, mais bien son sujet. En tout cas, ils ont eu le mérite de faire  connaître une de ces figures d’homme que l’on regrette de ne pas avoir croisé. Je conseille, cela va sans dire…

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Véro. 14/05/2010 22:48


Je verrai plutôt le film alors...


Thomas Grascoeur 14/05/2010 09:59


Oui, deux chefs-d'oeuvres...


Poulp 12/05/2010 12:32


J'avais lu le livre avant de voir le film, avant même qu'un projet de film soit en route. J'avais été très émue, mais ce n'a rien à voir avec le film. Je suis d'accord avec toi ce film est
grandiose, les paysages magnifique, et la musique juste parfaite. Je pense que c'est un des rares cas où je crois avoir préféré l'adaptation au lire original.


Folfaerie 14/05/2010 11:20



Exact. Ceci dit, et sans vouloir minimiser le travail de Krakauer, ce n'est pas un grand livre non plus. Ceci explique donc cela...



Frankie 11/05/2010 17:36


Le film est effectivement magnifique ! Je compte bien lire le livre également.


Folfaerie 11/05/2010 18:05



Je crois qu'il donne en effet un autre éclairage au parcours de Chris. On en apprend un peu plus sur ses parents et notamment sur les circonstances de sa mort, ou plutôt sur le lieu, ce qui
renforce l'impression de gâchis d'ailleurs. Mais je n'en dis pas plus, il faut le lire



100choses 11/05/2010 16:01


Un livre qui est dans ma LAL et que j'ai très envie de découvrir.

J'ai beaucoup aimé ton billet et la façon dont tu parles de l'histoire de ce jeune homme.


Folfaerie 11/05/2010 18:02



Je dois avouer qu'il ma beaucoup touchée et comme je le dis à la fin de mon billet, c'est une personne que j'aurai aimé rencontrer...



natural born irish dreamer 11/05/2010 15:49


ah, te voici enfin rejoingant la communauté des 'fans' d'into the wild ( du moins en y consacrant un article, puisque tu expliques dans ton résumé que tu connaissais déjà le film de longue date).
je suis absolument d'accord avec toi, le livre joue la complémentarité avec le film mais je trouve le ' découpage' du film brillant en comparaison de l'aspect ( osons le mot ) un peu brouillon du
livre ! néanmooins, j'aime aussi le livre parce qu'il m'a permis de retrouver certains auteurs de l'ouest américain à peine évoqué dans le film et dont les citations sont reprises dans le livre. Je
m'en suis d'ailleurs srvi pour alimenter quelques articles de mon blog US...


Folfaerie 11/05/2010 17:52



Fan du film ah oui, et je comprends maintenant ton engouement. J'ai vu le film pour la repmière fois il y a 3 mois mais il demeure bien présent dans ma mémoire. Je n'ai pas mentionné
effectivement que chaque chapitre débutait avec un extrait de livre, c'est l'une des bonnes idées de Krakauer; J'ai moins apprécié en revanche sa volonté d'expliquer la décisoin de Chris à tout
prix, en partant de son expérience personnelle et de 2 ou 3 autres cas de disparition, j'ai pensé, à tort peut-être, que cela réduisait la portée des décisions de Chris. En délaissant cela, Sean
Penn s'est montré plus fin...



lasardine (la ronde des post-it) 11/05/2010 15:23


j'ai lu ce livre il y a un moment maintenant, je garde en mémoire quelque chose de grand, mais également une grande sensation de malaise pour moi, sensation qui a été encore plus grande devant le
film!


Folfaerie 11/05/2010 17:55



Je n'ai pas ressenti de malaise, mais un peu de tristesse, finalement dissipée par les derniers mots de Chris dans son journal qui semblait s'être enfin réconcilié avec l'idée de devoir vivre en
société.



Vanou 11/05/2010 13:06


Comme toi, j'ai envie de le lire depuis que j'ai vu le film ! :-)


Folfaerie 11/05/2010 18:03



N'hésite pas, surtout qu'il s'attarde sur des détails que le film de Sean Penn passe sous silence, notamment le contexte familial. Le portrait de Chris est forcément un peu plus étoffé.



jellybells 11/05/2010 12:48


tu m'as donné envie de lire le livre! apres avoir vu le film, j'etais tellement chamboulée, que j'ai pas osé m'attaquer au bouquin!!! mais bon, je vais mieux maintenant ;p
le film est pour moi aussi le meilleur de sean penn. j'ai adoré, j'ai ris, j'ai pleuré comme pas permis! ce film m'a vraiment énormément marqué!


Folfaerie 11/05/2010 17:58



Avec ce genre de film, c'est là que je me dis que le choix de l'acteur est promordial... Mais il n'y a pas que ça, il y ces images et ces plans tellement sublimes qu'ils vous prennent à
la gorge. Il y a une scène que je trouve incroyable car elle résume tout le passé familial de Chris en quelques minutes seulement, c'est le déjeuner en famille au restaurant, après la remise des
diplômes. ça c'est du grand art pour un réalisateur...



lecandidelitteraire 11/05/2010 11:34


Encore une belle description qui donne envie de partir sac au dos pour la prochaine librairie ouverte !


Folfaerie 11/05/2010 18:01



Partir sac au dos pour une librairie, ça me rappelle quand je travaillais à Paris. J'allais faire les bouquinistes et les libraires dans le quartier latin, je ramenais tellement de livres que
j'emmenais mon sac à dos



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog