Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-04-07T07:03:00+02:00

Journal 1837-1861 (Henry David Thoreau)

Publié par Folfaerie

http://www.denoel.fr/couv_maxi/02023398144.gifThoreau se définissait lui-même comme un philosophe de la nature, un mystique et un transcendantaliste (dont le chef de file était Emerson). Cela suffit à faire de lui un homme résolument original, décidé à vivre pleinement sa vie. Très tôt, à sa sortie de l’université, Thoreau réalise qu’il ne peut vivre dans une ville, au voisinage des hommes. Non pas qu’il fût un misanthrope, ce qui réduirait considérablement la portée de son oeuvre, mais il se refusait à supporter le carcan imposé par la société, mélange de conventions absurdes, d’hypocrisie et d’égoïsme forcené. Il s’éleva contre les grandes villes et l’industrie naissante dont il subodorait déjà qu’elle annonçait le glas des grands espaces. Résolument apolitique, Thoreau aura à coeur, durant toute son existence, de s’ériger contre les injustices et surtout contre l’esclavage (il écrivit ainsi un traité intitulé "la désobéissance civile"). Il suit donc avec intérêt les débats houleux entre les Etats du nord et du sud. Le génocide amérindien lui laisse un goût amer, lui qui a laissé une montagne de notes représentant ses années de recherche ethnologique, qui l’occupèrent jusqu’à sa mort.


Fuyant l’univers carcéral des villes, il se réfugie dans la Nature, qui devient son foyer et sa muse. Il aurait pu ête riche, il préfère faire de petits boulots pour préserver sa liberté et son intégrité. C’est dans la solitude que sa personnalité s’épanouit et se révèle (il vivra d’ailleurs 2 ans, de 1845 à 1847, seul, dans un cabane en bois au bord de l’étang de Walden, et cette expérience relatée est devenue un grand classique de la littérature). Dans son journal, il note, consigne, décrit, commente et se confie, sans artifices, et avec honnêteté. Journal de bord évidemment, mais aussi constat sur la faune et flore et l’avenir des Indiens, avec qui il s’est toujours senti lié. Lorsqu’il mourut à l’âge de 46 ans, ses derniers mots furent "Indien... caribou".


La plupart de ses propos demeurent donc d’une étonnante modernité, et j’ai lu Thoreau, non pas parce que c’est un classique indispensable, mais plutôt comme un témoignage d’une époque révolue où l’on assiste, déjà, à la mutation de la société américaine. Et peut-être aussi parce que son récit ressemble à un long poème. A lire, si possible au cours d’une promenade, dans les bois ou les prés, pour méditer et rêver.

Voir les commentaires

commentaires

keisha 17/10/2010 15:54


Yes! je suis en train de lire Walden...
Bon, dis donc, ton blog est une mine d'or! Plus la rubrique amérindien, je suis complètement attirée!


Folfaerie 17/10/2010 19:32



C'est ta LAL qui va en prendre un coup alors  Walden est une ancienne lecture, il faudrait que je parvienne à le
chroniquer celui-là.



natural born dreamer 12/04/2010 16:12


excellent livre et grand auteur parmi les + grands !


Folfaerie 13/04/2010 15:07



Oh que oui. ça me fait penser que je n'ai toujours pas racheté "la désobéissance civile". Impardonnable...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog