Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-03-07T08:10:00+01:00

Julius Winsome (Gerard Donovan)

Publié par Folfaerie

P1010002.JPGUne belle surprise m'attendait dans la boite aux lettres il y a quelques jours : un exemplaire de ce roman que les éditions Points ont décidé de m'envoyer. Un grand merci à eux ! Ce titre était sur ma LAL depuis quelques temps, ça tombait donc bien. Et le verdict ? un nouveau coup de coeur 2010 !

L'histoire est d'une parfaite simplicité : un homme d'une cinquantaire d'années vit seul dans son petit chalet au milieu de la forêt, quelque part dans le Maine. Son seul compagnon est son chien Hobbes. Ses journées s'étirent, immuables et paisibles : lire au coin du feu (Julius possède 3282 livres), s'occuper de Hobbes, nourrir les oiseaux du jardin, planter des fleurs... bref, une petite vie qui semblerait monotone mais qui lui convient parfaitement. Sans la présence des chasseurs qui envahissent les bois à chaque saison, ce serait presque le paradis.
Un jour d'hiver, Julius entend des coups de fusil bien près de sa maison. Et quelques heures plus tard, il trouve le cadavre de son chien. Abattu à bout portant.
Que se passe-t-il dans la tête de cet homme si paisible ? La mort de son chien le fait vaciller, c'est son petit univers qui s'écroule, c'est à nouveau la solitude qui va s'installer... Un tel crime peut-il rester impuni ? Sûrement pas. Pour Julius l'heure de la vengeance à sonné...
J'ai lu ici et là, notamment de la part de critiques professionnels que Julius se transforme en tueur fou. Je ne suis pas tout à fait d'accord...

Curieusement, et malgré les actes de Julius, une sorte de connivence s'installe avec le lecteur. J'ai fini par me mettre à la place de Julius et comprendre son geste. Une empathie certaine. Y a-t-il de la folie dans sa décision ? Je n'en suis pas certaine... La fin du roman, qui m'a un peu dérangée, me conforte dans ma pensée. C'est là d'ailleurs la grande force du roman. car si l'auteur nous livre quelques éléments de la vie de Julius, et notamment ses rapports avec son père, le spectre des guerres passées, la rencontre avec Claire, il évite de tomber dans le piège de l'explication psychologique. La vengeance de Julius est simplement décrite, l'écrivain ne juge pas son personnage, il se borne à nous le montrer agissant en accord avec ses propres principes et sa logique. L'homme et la nature se confondent, glacé et hostile mais empreint d'une certaine pureté.
L'atmosphère du roman rappelle à la fois Rick Bass (dans Winter) car la nature y est merveilleusement décrite ainsi que le quotidien de Julius, qui vit en harmonie avec la forêt et les saisons. Et puis j'ai évidemment pensé à Edward Abbey car la décision de Julius, excessive et lourde de conséquences, n'est pas sans évoquer certains passages de romans d'Abbey.

Le wilderness contre la civilisation ? Ce qui est certain, c'est que par delà les actes de cet homme solitaire, c'est ce constat qui s'impose. Dans une interview, Jim Harrison a dit, en parlant de sa magnifique nouvelle, Légendes d'automne, que si on gratte un tout petit peu le vernis de la civilisation d'un homme, on retrouve rapidement le primitif qui sommeille.  Julius lit beaucoup, surtout de la poésie, mais aussi Shakespeare. Dans les oeuvres du grand écrivain anglais, la vengeance est omniprésente. Et n'oublions pas que le nom du chien, Hobbes, est celui du philosophe à qui l'on doit cette affirmation : "l'homme est un loup pour l'homme". Le choix du nom n'est donc pas innocent... Car à bien y réfléchir, et si l'on se place du point de vue de Julius, ce n'est pas lui le barbare, mais bien ces envahisseurs, ces chasseurs assoiffés de sang, qui imposent leur loi et bouleversent sa vie.

Voilà, que dire de plus ? C'est un beau roman qui donne à réfléchir sur la nature humaine, et dans lequel on sent passer le souffle du vent et l'âpreté de l'hiver.

Extrait :
  « une épaisse couche de glace s’est glissée dans mon cœur. Je l’ai sentie s’installer, gripper les soupapes et apaiser le vent qui soufflait dans ma carcasse. Je l’ai entendue se plaquer sur mes os, insérant du silence dans les endroits fragiles, dans tout ce qui était brisé. Mon cœur a alors connu la paix du froid ».

coup-de-coeur

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

clothilde R. 10/01/2011 20:48


Maintenant, grâce à votre résumé, ce livre est dans ma wish-list (j'avoue que je ne connaissais pas ce terme explicite). Le problème pour moi c'est que je ne lis pas autant que vous et à une telle
vitesse, mais ce livre a l'air passionnant et ce n'est pas le mot qui convient, c'est plus que ça. J'aime bien l'extrait à la fin. A bientôt. Clothilde .


Folfaerie 10/01/2011 21:48



Et bien je ne connaissais pas non plus les termes "wish-list "ou LAL avant de fréquenter les plateformes littéraires, je me plie donc au langage des blogueurs-lecteurs.


J'ai connu une période de disette qui a duré tout de même 3 ans, tout me tombait des mains, je ne lisais plus que mes livres favoris (déjà lus et relus cent fois !) et de la poésie. Et puis
l'envie est revenue il n'y a pas si longtemps. J'ai toujours eu une bonne cadence de lecture mais je n'ai pas beaucoup de mérite, entre ça et la tv, j'ai fait mon choix ! Et
l'avantage c'est que je peux lire (presque) partout.


En ce qui concerne Julius Winsome c'est l'un de mes grands coups de coeur, pas seulement de 2010, mais depuis un sacré bout de temps. Il m'a profondément touchée et éveillé un vague écho...


Bonne fin de soirée.



Véro 09/03/2010 17:48


Je n'ai pas lu ces livres ... mais bon, ta réponse m'claire un peu quand même !


Folfaerie 10/03/2010 11:24


J'ai écrit un billet sur Montana 1948, j'en réactualiserai un pour Indian Killer, en espérant qu'ils viendront grossir les PAL d'autres lectrices


Véro 08/03/2010 21:20


Mais ça semble drôlement triste non ?


Folfaerie 09/03/2010 11:01


Et bien c'est un roman noir, donc on ne peut pas s'attendre à quelque chose de gai. Mais est-ce triste pour autant ? Je ne dirai pas ça non plus. Rien à voir par exemple avec la Route de
Mccarthy qui m'a fait sangloter. Je dirai que c'est le genre de romans américains du type Montana 1948, Indian killer, etc.
Je ne sais pas si ces explications fort confuses peuvent t'aider


Anneso 07/03/2010 10:26


whahou quel billet ! et hop, direction ma wish-list !


Folfaerie 08/03/2010 10:58


Ah oui, vraiment un gros coup de coeur !


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog