Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-01-27T20:02:00+01:00

L'homme aux cercles bleus (Fred Vargas)

Publié par Folfaerie

http://www.livraddict.com/covers/0/5/couv37173055.gif"Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ?".

 

Cette phrase énigmatique, agace le commissaire Adamsberg. Débarqué depuis 15 jours à peine dans son nouveau commissariat à Paris, il se laisse envahir par cette curieuse affaire de cercles tracés à la craie bleue dans les rues de la capitale. Rien de bien méchant. Un type encercle un objet trouvé. Cela peut être n'importe quoi. Un bigoudi, un tournevis, une pièce.

L'inspecteur Danglard ne comprend pas l'obsession d'Adambsberg, il la désapprouve. Même après l'histoire du gros chien baveux.

Mais voilà, Adamsberg en est certain. C'est la cruauté qui suinte dans ces cercles.

 

"Mais au bout de onze jours, ses collègues ne s'approchaient toujours pas de lui sans l'expression d'hommes se demandant à quelle nouvelle espèce du monde vivant ils ont affaire, et comment on la nourrit, et comment on lui parle , et comment on la distrait, et comment on l'interesse."

 

Evidemment, les événements lui donnent raison, et des objets, on passe à des cadavres d'animaux puis des cadavres humains. L'homme aux cercles ne plaisante plus.

 

Comme toujours dans les romans de Fred Vargas, mon commissaire préféré va faire la connaissance de personnages hauts en couleurs et inoubliables, dont Mathilde, l'océanographe qui a de biens étranges hobbies, le bel aveugle Charles Reyer, teigneux comme tout, la vieille Clémence qui passe son temps à chercher l'âme soeur dans les petites annonces...

 

L'écriture de Fred Vargas est toujours un régal, elle promène son lecteur entre humour, poésie et ambiances macabres, créant des personnages improbables qui transforment des faits banals, des intrigues classiques en événements hors du commun. Elle est la reine des dialogues, les échanges entre le commissaire et Danglard en témoignent, leurs joutes verbales sont savoureuses. Lui, intuitif, un peu égaré, sans cesse occupé à griffonner ou dessiner, mais que sa légèreté rend solide, l'autre, logique et cartésien, fragile pourtant, noyant dans le vin blanc ses états d'âme.

 

Je retiendrai un passage en particulier, à la fois surréaliste et tellement authentique, qui résume bien l'atmosphère du roman. Tous les flics sont dans la forêt, ils viennent de creuser et de mettre à jour un cadavre. L'un d'eux observe depuis un moment les oiseaux.

 

 

- Le merle a trouvé un cadeau pour la merlette, dit Castreau. C’est un petit bout d’aluminium.

- Ça t’intéresse pas ce qu’on dit ? demanda Danglard.

- Si mais je veux pas avoir l’air  de trop écouter, j’aurais l’impression d’être un imbécile. Vous ne m’avez pas observé mais j’ai tout de même  réfléchi à cette affaire. […]

- Allons bon dit Castreau, voilà un deuxième merle qui rapplique à présent. Qu’est-ce qu’il espère ? La merlette le regarde. Ça va être la guerre. Merde. Quelle vie, bon sang, quelle vie !

 

Voilà, moi j'adore et je compte bien poursuivre sur ma lancée !  

 


 


 


Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Mira 19/03/2016 11:27

Chronique qui dit bien ce que j'aime aussi chez Vargas (même si je préfère les suivants, dans lesquels apparaissent des éléments pseudo-surnaturels, surtout L'Armée furieuse qui est mon chouchou !).

Iroise 04/02/2013 16:51

J'ai beaucoup aimé "Sans feu ni lieu" et "Un peu plus loin sur la droite" n'est pas mal non plus.

Iroise 02/02/2013 07:08

J'aime beaucoup les personnages et l'écriture de Vargas. Je n'ai pas encore lu les romans avec Adamsberg sauf le court Coule la Seine. J'ai hâte de faire plus ample connaissance avec Adamsberg et
Danglard :-)

Folfaerie 03/02/2013 17:27



Moi, c'est le contraire. On me dit "mais il n'y a pas qu'Adamsberg chez Vargas" ! Oui, je sais bien, d'accord, je vais m'attaquer prochainement à un "pas-d'Adamsberg".


Qu'est-ce que tu me conseilles ?



Lystig 27/01/2013 23:09

je dois bien en avoir un ou deux dans ma PAL !

Folfaerie 29/01/2013 21:14



Et bien profites-en et tu m'en diras des nouvelles !



Véro. 27/01/2013 22:02

Suis fan de Vargas et d'Adamsberg ! Bonne continuation avec ses romans !

Folfaerie 29/01/2013 21:15



Elle a un immense fan-club d'après que je vois sur les blogs et ça se comprend. Je compte tout lire, alors...



Nyx 27/01/2013 21:23

Super, alors je vais m'y mettre, merci pour toutes ces infos !

Nyx 27/01/2013 20:52

J'aime beaucoup l'extrait ! Et l'histoire a l'air plutôt originale. J'ai juste une question avant d'être définitivement envoûtée : tu parles de ton "commissaire préféré", j'en déduis donc qu'il est
présent dans plusieurs livres, y a t-il une chronologie spécifique, linéaire, à suivre, ou peut-on lire les livres dans le désordre ?

Folfaerie 27/01/2013 21:08



Par chance, L'homme aux cercles bleus est le premier roman où apparait Adamsberg. Ensuite, dans l'ordre, tu trouveras :


L'homme à l'envers, Pars vite et reviens tard, Coule la Seine, Salut et liberté, Sous les vents de Neptune, Dans les bois éternels, Un lieu incertain, l'Armée  furieuse.


Hélas, je les lis dans le désordre et je le regrette un peu. Ses rapports avec la femme qu'il aime, Camille, en sont un peu confus et j'aurai préféré assister à la progression de son amitié avec
Danglard. Mais bon, le hasard a fait échouer dans ma biblio le 3ème titre !


Je te souhaite beaucoup de plaisir à découvrir l'univers de Vargas !



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog