Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-08-21T14:35:00+02:00

L'île, l'océan et les tempêtes (Richard Nelson)

Publié par Folfaerie

http://www.albin-michel.fr/images/couv/0/4/6/9782226149640m.jpgPour le challenge Nature Writing, je tiens à présenter un livre... que j'avais d'abord peu apprécié ! Lu en 2007, il m'avait semblé un peu trop long. Mon attention s'était quelque peu éparpillée au cours de ma lecture, je dois l'avouer. Cet été, peinant à trouver de nouveaux titres pour le challenge, je me suis décidée à le relire pour voir si j'étais susceptible de changre d'avis. Et voilà, je confesse que le texte m'est apparu sous un nouveau jour, même si je continue à trouver quelques longueurs, comme quoi...

 

Avis donc aux amateurs de grands espaces désolés, de nature très, très sauvage et peu hospitalière.En fait, si j'avais un peu boudé ce livre c'est que le milieu marin est le seul écosystème avec lequel je ne me sens pas à l'aise. J'aime une plage tranquille et abritée où je peux observer des oiseaux mais dans l'ensemble, les océans, leur gigantisme et leur fureur m'ont toujours trop impressionnée pour que j'aime leur proximité. Curieusement, j'ai une passion pour les îles (les bretonnes, anglo-normandes, les écossaises, j'y fais un séjour chaque fois que je le peux). Comprenne qui pourra...

 

Pour en revenir au récit, Richard Nelson lui, a développé une passion pour une île isolée au large des côtes de l'Alaska. Déménageant avec sa famille pour vivre à proximité de cette île, il passe du temps (traduisez des années) à l'explorer, la comprendre, l'observer.L'île est un écosystème à part entière, avec sa géographie mouvante, liée aux caprices de l'océan, sa faune sauvage encore préservée, que l'auteur s'efforce d'approcher non en étranger, mais comme faisant partie de ce milieu. Il raconte par exemple, qu'avant de vivre quelques mois avec les Inuits, il trouvait normal que la nourriture soit aseptisée, conditionnée en conserve, stérilisée, améliorée, tarifée... "En y repensant, il m'apparait qu'alors le naturel, le sauvage étaient considérés comme des formes de pollution...". Ses premiers repas avec les Inuits lui semblèrent étranges. Aujourd'hui, il préfère la nourriture qui vient de son potager, le poisson qu'il vient de pêcher ou la viande du cerf qu'il a abattu. Il a inculqué ses valeurs à son fils. Mais combien de gens pensent de la même façon dans notre monde dit civilisé ?

 

"Si je vivais suffisamment longtemps, je pourrais voir ce flanc de colline couvert d'une forêt naissante. En quelques siècles, ces arbres formeraient une vaste voûte avec des trouées éparses. Protégés de la neige épaisse recouvrant les étendues dégagées, les cerfs survivraient au froid pinçant de l'hiver en se réfugiant dans la forêt. La communauté entière des animaux dépossédés reviendrait s'y installer...".

 

Son approche est originale dans la mesure où bien que pétri de culture occidentale, il a néanmoins choisi d'adopter la plupart des idées et principes qui guident la vie des Koyukons, les Amérindiens qui habitent le bassin du fleuve Yukon à l'est de l'Alaska. Richard Nelson a d'abord fait des études de biologie, puis, rebuté par l'aspect trop froid et clinique de cette discipline, s'est tourné avec bonheur vers l'anthropologie. Un mélange qui lui a réussi...

 

"Kanaashi est saturée d'une vie qui s'écoule si largement dans l'eau et sur les rochers que l'île parait presque magique. Pendant un moment, je me prends à croire qu'aucun autre endroit au monde ne peut égaler cette beauté et cette perfection."

 

http://akcenter.org/images/resurrection.jpg

 

S'il passe beaucoup de temps à observer les changements qui surviennent sur l'île, à s'imprégner des lieux, à observer les animaux, il constate également les premiers ravages causés par les activités humaines : détritus laissés sur les plages, que l'océan charrie parfois de fort loin, là un cachalot échoué, mort étranglé par un filet de pêche, la déforestation qui pointe sur certaines parties de l'île... Une réalité qui vient ternir les moments de bonheur à jouir d'une vie simple et paisible. S'il y a une leçon à retenir de cet ouvrage, c'est celle revendiquée par Richard Nelson : 

 

"C'est la première fois que je pense sérieusement à cette idée d'un chez-moi, à ce que signifie de choisir un lieu sur terre, d’être un membre d’une communauté dont les frontières s’étendent au-delà de l’espèce humaine. Je me demande ce qui adviendrait si chaque personne, à un moment de sa vie, prenait le temps de s’intéresser véritablement à une partie de l’endroit où elle habite : un jardin, un coin de bois, un étang, un tronçon de rivière, le flanc d’une colline, une forêt de cactus, un estuaire, un marécage, une crique… Comment cela affecterait-il la façon dont chacun envisage ses relations avec son environnement naturel ou la terre dans son ensemble ? Et au terme de plusieurs générations, en quoi cela modifierait-il la manière dont la culture occidentale considère le monde ? Je crois qu’il faudrait s’inspirer des modes de pensée et de vie de peuples comme les Koyukons".

 

A méditer, non ?  

 

logonaturewriting1

Voir les commentaires

commentaires

Pascale 21/08/2011 16:41


Je note, ce livre a l'air très intéressant. Tout comme toi, j'adore les îles, bretonnes et écossaises entre autres aussi :-)


Folfaerie 22/08/2011 11:06



Ah, j'ai oublié le chapelet d'îles grecques aussi Bien que le climat écossais soit très, très frais, l'Alaska est
encore un cran au-dessus, ce qui explique aussi que je m'enthousiasme moins pour les froides contrées. J'aime les climats plus tempérés...



keisha 21/08/2011 15:53


Quoi? Tu manques d'idées pour le challenge? remarque, tu en as beaucoup lu depuis un bout, c'est sûr. n'hésite pas à en parler même si tu les as lus il y a longtemps.


Folfaerie 22/08/2011 11:08



Naaan, pas en manque d'idées, mais en manque de budget oui ! Toujours pas acheté Annie DIllard, Alan Tennant, Rob Schulteis, le "nouveau" John Muir, etc... ça limite un peu mes lectures. Mais je
vais suivre ton conseil, je m'en vais extirper du fond de mes étagères quelques autres titres lus il y a des lustres



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog