Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-05-31T07:14:00+02:00

La mer engloutie (Taras Grescoe)

Publié par Folfaerie

Pfffffffffffffffffff, quelle lecture ! D'abord un grand merci à Blog  O Book et aux éditions Noir sur Blanc pour ce partenariat et la découverte de cet ouvrage qui m'a ouvert les yeux sur un bon nombre de choses.

Si je n'étais pas déjà végétarienne depuis une vingtaine d'années, ce livre aurait précipité mon changement de vie... Malgré ce terrible constat - oui nous assassinons nos océans - l'ouvrage n'est pas dénué d'humour. Un point important car une fois que l'on se plonge dans ce livre, difficile de rester de bonne humeur.

J'ai cessé de manger de la viande presque sans transition mais j'ai arrêté de consommer du poisson, progressivement, au fil des années. Je faisais mes courses avec la liste de Greenpeace dans mon sac à main (comme l'auteur en fait) mais au au bout du compte, j'ai fini par renoncer complètement.

Pour les mêmes raisons que Grescoe énonce dans son livre fort bien documenté. Ce gastronome a fait le tour du monde pendant un an pour constater de ses propres yeux l'ampleur du désastre écologique de la surpêche. Il est allé dans tous les lieux importants, dans les criées, les restaurants, les usines de conditionnement, sur les bateaux de pêche. Il a visité des fermes à crevettes en Asie, des élevages de saumon au Canada, goûté la bouillabaisse marseillaise, de la baleine au Japon, des huitres en Bretagne, des sardines grillées au Portugal et j'en passe.

Partout il a posé des questions, et relevé les innombrables infractions à la loi.

 

En tant que citoyenne concernée par l'état de la planète, je connaissais déjà quelques scandales comme l'effondrement de la morue en Terre-Neuve, la quasi extinction du thon rouge,  la déforestation des mangroves pour construire des élevages de crevettes très polluées et la fameuse campagne contre les filets dérivants responsables de la mort des dauphins... Je n'avais en revanche jamais mesuré l'ampleur des dégâts, ni compris à quel point la pêche était mondialisée.

Avec Taras Grescoe, tout devient clair, tout s'explique : du simple braconnier qui pêche une espèce protégée en passant par les bateaux-usines chinois et les fermes d'élevage, tout est lié. Car attention, malgré les immenses ressources des océans, n'allez pas croire que tout le monde en profite. Non. Les populations côtières, les pauvres, subissent la hausse des prix, la raréfaction des poissons, la pollution pour qu'une poignée de multinationales (soutenues par les politiciens grâce au jeu du lobbying, et à une corruption certaine) génèrent un maximum de profits et que les pays riches puissent continuer à s'empiffrer. Et que dire du gâchis, ce qu'on appelle les prises accessoires ? Pour un poisson "précieux" pêché, c'est tout plein d'autres cadavres rejetés dans l'eau...

Je ne vous parlerai pas des différents modes de pêche tous plus assassins les uns que les autres (à la dynamite, au cyanure, et on racle les fonds, et on pêche avec des hélicos et des sonards...) pour simplement insister sur le fait que non seulement nous vidons la mer de ses poissons mais nous empoisonnons les écosystèmes, nous détruisons des milieux marins. D'ailleurs, l'auteur nous prévient, dans un temps très proche, on servira partout des sandwiches à la méduse, seule bestiole que l'on pourra manger...

 

Pour ma part, manger un poisson qui risque de disparaître bientôt, non merci, surtout qu'il est contaminé par divers produits chimiques neuf fois sur dix. C'est tout simplement ahurissant le nombre de substances que l'on fait ingurgiter aux poissons. Accidentellement, par le biais des pollutions marines ou volontairement, pour les poissons ou crustacés d'élevage (antibiotiques, vitamines, colorants, etc.).

 

Expliqué comme ça, ça peut paraître démoralisant, je sais. Tout le monde préfère faire l'autruche et ignorer les problèmes. Pourtant, la solution est à portée de main, elle est toute simple. Choisir l'une des espèces préconisée par l'auteur à la fin de son ouvrage, bien se renseigner auprès de son poissonnier, diminuer sa consommation. Ainsi, nous aurons peut-être la chance, comme ce journaliste, de déguster à la terrasse d'un restaurant de bord de mer, une belle sardine grillée arrosée d'un filet de jus de citron, fraîchement pêchée, en ayant la conscience tranquille...

 


Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Jennifer 13/08/2010 23:18


Un livre que j'aimerais beaucoup lire.. Pour ma part je ne suis pas végétarienne, et je ne pourrai jamais l'être - j'ai beaucoup de mal à manger vert.. Pour autant je mange très peu de viandes,
très peu de poissons.. Vive le chocolat, lol. Le problème, c'est que la planète entière ne peut pas devenir végétarienne. Moi-même, je mange déjà peu, je ressens un besoin en viande minimum une
fois par semaine. Avec un revenu de qqs centaines d'euros pour payer loyer, charges, nourritures, études, je ne peux pas non plus sélectionner mes aliments : la poule élevée en pleine air ou autres
produits bio... Alors si les personnes aisées ne font rien, comment pourrions-nous faire quelque chose?


Folfaerie 14/08/2010 17:19



En définitive, c'est autant un choix de vie qu'un acte de résistance... Moi non plus je ne roule pas sur l'or (en ce moment c'est même un euphémisme) mais pour rien au monde je ne ferai machine
arrière. Oui, je choisis de manger bio, mais en contrepartie, je n'ai pas de téléphone portable, pas de lecteur MP3 ou autre gadget qui parait indispensable à notre époque, mon ordi est d'occase
et j'ai la même petite télé depuis une dizaine d'années. Je dis toujours que bien souvent ce n'est pas une question de moyens mais de priorités et de choix. J'ai dans mon entourage des
gens aisés et qui n'ont pas beaucoup de problèmes financiers et qui me disent ne pas manger bio car ça coûte cher... Mais ils ont le dernier modèle de voiture, la télé à écran
plat, etc. ça me fait marrer quand même...


Mais sur les  produits bio ce serait l'occasion de lancer un débat effectivement. Sur certains produits frais, les prix sont carrément rédhibitoires...



Louis Elegy 03/06/2010 21:25


Je ne suis pas végétarien mais je suis soucieux de la nature et ayant récemment écrit des articles sur la faune et la flore, j'ai pu constater combien le moindre petit geste peut avoir un impact
énorme sur l'écosystème, par exemple simplement comment en introduisant un poisson exotique dans un point d'eau, on détruit toute une chaîne alimentaire... Peu de gens s'impliquent réellement, il
est grand temps que l'on se bouge et que la population soit informée comme il se doit !


Folfaerie 04/06/2010 08:34



Je suis bien d'accord; Moi quand j'ai cessé de manger de la viande c'était pour protester contre le traitement infligé aux animaux dits d'abattoir... Et le poisson, ce n'est guère mieux. Quant à
l'information, je demeure sidérée de rencontrer des gens toujours ignorants de ces faits : il suffit d'ouvrir un livre, un magazine, d'aller sur internet ou même de regarder certaines émissions
tv pour apprendre quelques éléments sur la surpêche. Je crois surtout que les gens, dans leur majorité, n'ont pas envie de faire d'efforts...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog