Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-10-11T20:14:00+02:00

La passe dangereuse (William Somerset Maugham)

Publié par Folfaerie

Parce que j'ai raté l'adaptation passée il y a quelques semaines à la tv, je me suis décidée à lire ce roman qui m'attendait sur mes étagères.

Somerset Maugham nous offre une histoire d'amour non partagé, bien cruelle et pourtant non dénuée de délicatesse et de romantisme.

Comme souvent avec l'écrivain, ces portraits de femmes et surtout de la principale héroïne, ne sont guère flatteurs.

 

Kitty s'est enfin décidée à épouser Walter, un jeune médecin spécialisé en bactériologie, bien qu'il lui paraisse insignifiant. Mais sa fervente déclaration d'amour l'a tout de même touchée, et flattée, et puis sa soeur cadette est déjà avantageusement casée, tandis que la propre mère de Kitty ne cache pas son agacement et son impatience de voir sa fille aînée quitter enfin la maison familiale... Alors va pour Walter...

Autant la frivole Kitty méprise son mari, autant celui-ci l'adore. Voilà qui promet une vie de couple bien difficile...

Les jeunes mariés s'installent à Hong-kong, possession britannique, et fréquentent quelques salons.

Arrive ce qui devait fatalement survenir: Kitty a un amant, le bellâtre du coin, un haut fonctionnaire marié. Quand on s'ennuie ferme aux côtés d'un époux pâlot et inconsistant, quoi de mieux qu'une liaison torride et un peu de culpabilité.

Jusqu'ici la trame du roman est bien classique, c'est juste une histoire d'adultère. Et bien non ! C'est méconnaître l'écrivain qui a l'art de transformer une histoire d'amour, même non partagée, en fine analyse d'une époque et d'une société.

 

Walter découvre la liaison extra-conjugale de Kitty. Nous le connaisssions à travers le regard méprisant de celle-ci, Maugham le révèle tout autre et magnifique dans ses décisions.

Froidement, Walter prend soin de montrer à son épouse la véritable personnalité de son amant (un type bien mesquin qui n'en valait pas la peine) et pour achever la jeune femme, il l'emmène avec lui dans un province chinoise éloignée où sévit le choléra... Terrible punition pour l'épouse perfide et sans coeur : l'isolement et le spectre de la mort...

 

Dans cette partie du roman, bien distincte, comment ne pas éprouver de la pitié pour le mari incompris et dédaigné, toujours amoureux et qui choisit d'expier ce qu'il croit être sa faute en travaillant sans relâche auprès des malades. Et Kitty, que l'on prend plaisir à détester tant elle s'est montrée sotte et vaniteuse, entame son chemin de croix et gagne du même coup la sympathie du lecteur. Sa nouvelle humanité transparaît essentiellement à travers sa mission aux côtés des Soeurs du couvent français qui vient en aide aux blessés et aux orphelins.

Il y a tant de regrets et de tristesse entre ces deux êtres qui ne parviennent pas à s'apaiser ni à se comprendre et qui, dans leur immense solitude, finiront par trouver d'une façon toute différente, une issue à leur existence bancale. Elle sera amère pour l'un, plus douce enfin pour l'autre, comme une renaissance.

 

Si je devais résumer très brièvement, je dirai que c'est une rencontre choc entre un homme et une femme que tout sépare ou presque, entre deux cultures, dont l'une nourrit l'autre, et mine de rien, sous ses faux airs de roman d'amour, La passe dangereuse est aussi un roman sur la remise en question de soi et le sens que l'on donne à sa vie.

 

Une autre belle découverte de Somerset Maugham qui, décidément, ne cesse de me surprendre.

 

Un autre avis chez Keisha.

 

coup-de-coeur

 

Ajout du 23 août 2011 :

ça y est, j'ai vu le film qui en a été tiré en dvd. Que dire ? C'est une magnifique adaptation, qui doit beaucoup aux acteurs. Edward Norton interprète Walter avec beaucoup de sensibilité. Bien qu'il paraisse froid et indifférent (les premières scènes du film sont éloquentes), il sait trahir ses émotions, d'un regard, d'une attitude. Naomi Watts a la tâche ingrate de jouer Kitty, la frivole et si peu indulgente jeune femme, dont elle parvient à donner une fragilité absente dans le roman.

 

The-Painted-Veil-edward-norton-146727_1024_768.jpg

Le couple est porté par la mélancolique partition musicale d'Alexandre Desplats (mais j'ai surtout une certaine mélodie en tête, la Gnossienne n°1 d'Erik Satie, une merveille !) et les somptueux paysages de Chine. Leur histoire est encore plus poignante à l'écran et si le film se termine aussi mal que le roman, la fin en est adoucie par une petite liberté prise par le scénariste, petite consolation pour le spectateur qui espérait un happy end... Si en effet, dans le roman, Kitty évolue, ses sentiments pour son mari sont plus discrets. Du mépris elle passe à la pitié, mais il n'y a toujours pas d'amour dans son coeur. Dans le film en revanche, la métamorphose de Kitty est beaucoup plus saisissante, de même que Walter est moins froid, moins distant au bout du compte. La belle histoire s'ébauche enfin, et le drame qui survient est d'autant plus amer (et oui, je fais partie des indécrottables romantiques qui souhaitaient un happy end). Tant pis, restent les images de ce couple touchant, de cette figure d'homme qui cache sa passion sous la réserve et la timidité, et de ces paysages grandioses qui ajoutent au romantisme de ce très beau film.

 

 

 

levoiledesillusions_2_800.jpg

 

Dans le même genre, vous aimerez peut-être Washington square...

 

Voir les commentaires

commentaires

Véro. 16/10/2010 18:26


Quel bel avis ! Ca me donne envie !


Folfaerie 17/10/2010 19:30



C'est bien rare que je sois déçue par Maugham, et ce titre là mérite bien d'être connu en tout cas...



keisha 12/10/2010 10:00


Un roman que j'ai relu, complètement estomaquée à le relecture tellement c'est étonnant, quel auteur!


Nemetona 12/10/2010 07:03


Mais on le trouve en DVD à tout petit prix ;-))
Oui, c'est vrai mais je n'ai pas toujours quelque chose d'intéressant à dire ! ! ! En tout cas, je lis TOUTES tes chroniques...
A bientôt !


Nemetona 11/10/2010 22:35


Ah oui, voilà un magnifique roman à lire absolument! L'adaptation cinématographique est excellente et encore plus touchante (Edward Norton est magistral et Noami Watts est parfaite). Merci pour
cette chronique !


Folfaerie 11/10/2010 22:47



inutile de remuer le couteau dans la plaie, hein, je l'ai raté le film...


Merci d'être passée, tes commentaires se font rares...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog