Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-11-18T07:13:00+01:00

Le destin miraculeux d'Edgar Mint (Brady Udall)

Publié par Folfaerie

Que ça fait du bien de découvrir un grand roman américain ! Après quelques déceptions fort récentes, j'ai retrouvé un plaisir fou avec cette lecture qui constitue un coup de coeur.

 Edgar Mint est un gamin hors du commun. Enfant métis non désiré (sa mère Indienne s’est consolée avec l’alcool, le père, un blanc, a pris la fuite), Edgar vit une vie bien médiocre sur la réserve de San Carlos jusqu’au jour où, à l’âge de  7 ans, il est victime d’un accident : le postier roule sur sa tête !  Voilà une entrée en matière peu banale !

Sauvé in extrémis par Barry, un curieux médecin, Edgar est placé à hôpital Sainte-Divine où il va se construire une petite famille au cours de la période où il est soigné.  Ses compagnons de chambre sont aussi bien malades de la tête que du corps, à l’image du vieux bougon d’Art, qui ne se remet pas de la mort de sa femme et de ses enfants. Celui-là a l’idée de génie d’offrir à Edgar une machine à écrire mécanique, car l’enfant sorti du coma a tout à réapprendre.  

Malgré les dysfonctionnements habituels de ce genre d’établissement, Edgar est plutôt content de son sort car il est devenu plus ou moins la mascotte de l’hôpital. Mais le destin en décide autrement, et voilà notre miraculé, considéré comme guéri, obligé d’intégrer l’école Willie Sherman, réservée aux enfants indiens et essentiellement peuplé de gamins à problèmes et de laissés pour compte. Une partie de sa vie très dure. Presque sans transition, Edgar est plongé dans un monde de violence où règne la loi du plus fort. Le pire cauchemar d’Edgar se matérialise sous les traits d’une petite brute, Nelson, qui fera de ce dernier son souffre-douleur. Brady Udall dépeint d’une manière très réaliste le quotidien de profs et des élèves de ce type d’établissements. Malgré la présence d’un ami, Cecil, Edgar vit l’enfer sur terre. Là encore, l'enfant se tire miraculeusement de tout : des brimades, des accidents, de l’anéantissement total. Sa capacité de résistance, son aptitude à survivre à toutes les catastrophes sont impressionnantes.

De loin en loin, Barry et Art continuent d’avoir un rôle dans la vie d’Edgar.  Peu à peu néanmoins, Barry devient un poids, une entrave, comme nous le découvrirons dans la dernière partie du roman. Au moment où Edgar se désespère d’échapper à cette vie misérable, une rencontre va une nouvelle fois changer la donne. Repéré par des Mormons, Edgar est intégré dans un programme destiné à trouver des familles d’accueils à des enfants en perdition. A Richland, chez les Madsen, l’existence lui parait idéale, tout comme cette famille, un couple qui a deux enfants, un garçon, le petit génie de la famille, et la fille aînée, sans compter la multitude d’animaux recueillis. Edgar va cependant bien vite comprendre que ce portrait de la famille américaine idéale cache de nombreuses fêlures et un drame difficile à oublier.

Les années ont passé, Edgar adolescent découvre, à retardement, les effets de la puberté, continue de chercher sa place, de fuir ses fantômes si familiers. Il fera des choix, prendra des décisions, qui, finalement, le ramèneront à bon port, au début d’une nouvelle existence, la  sienne enfin, plus heureuse. Il sera l’élément déclencheur de drames, de réconciliations, provoquera un emboitement de faits qui auront des répercussions sur d’autres vies.

Malgré le ton très dur, les descriptions sordides, le lien de parenté entre Udall et John Irving est évident : même tendresse, même truculence et même humour. Edgar mène sa vie comme on mène une barque ballotée par les flots, avec hésitation mais l'envie de s'en sortir. Parfois il s'échoue lamentablement pour rester coincé, parfois il aborde sur des rives accueillantes, et tout comme chez John Irving, le destin d'Edgar va croiser celui des autres personnes qui traversent sa vie, amenant le lecteur à faire connaissance, de manière plus ou moins brève, avec des hommes et des femmes loin d'être aussi banals et ordinaires qu'on pourrait le croire.

Là encore, comme d'autres écrivains américains, Udall a choisi de peindre le portrait d'une Amérique misérable. Des paumés, des blessés, des laissés pour compte... Tous n'ont pas la force et la volonté d'Edgar, pour la plupart la fin est tragique. Et pourtant, rien de larmoyant dans ce roman, qui prend aux tripes et donne à réfléchir.

Une excellente découverte, que je recommande chaudement.

Extrait : Si je devais ramener ma vie à un seul fait, voici ce que je dirais :j'avais sept ans quand le facteur m'a roulé sur la tête. Aucun événement n'aura été plus formateur. Mon existence chaotique, tortueuse, mon cerveau malade et ma foi en Dieu, mes empoignades avec les joies et les peines, tout cela, d'une manière ou d'une autre, découle de cet instant, où, un matin d'été, la roue arrière gauche de la jeep de la poste a écrasé ma tête [... ]

Note sur l'auteur : Brady Udall est lui-même Mormon et enseigne la littérature. Après un recueil de nouvelles et ce livre, il publie enfin un nouveau roman, déjà salué par la critique : The lonely Polygamist, pas encore traduit chez nous.

Une édition de poche est disponible chez 10/18.
 

 


Voir les commentaires

commentaires

dasola 07/01/2011 16:33


Bonjour, j'ai lu ce roman il y a quelques années lors de sa parution: très bien. Je conseille aussi. Bonne fin d'après-midi et excellente année 2011.


Folfaerie 07/01/2011 19:25



Tous mes voeux également ! J'ai vraiment beaucoup aimé Edgar Mint, pourtant je lui prèfère L'oeuvre de dieu la part du diable d'Irving.



keisha 20/11/2010 08:16


je ne sais pas si le titre donné par In Cold Blog est de la veine de Brady Udall? En tout cas il a l'air bien intéressant (pas à la bibli) et j'ai franchement adoré Priscilla, folle du désert (on
se refait un coup d'Abba? et puis pour l'histoire aussi quand même)


In Cold Blog 18/11/2010 21:06


Celui-ci et "Lâchons les chiens" figurent sur ma LAL depuis un moment. Je suis certain que ça va me plaire. J'imagine une ambiance similaire à celle de "50 façons de dire fabuleux"...


Folfaerie 19/11/2010 20:40



Ah, je ne connaissais pas ce roman, je viens d'aller voir le résumé, qui apparemment évoque le film Priscilla folle du désert; ça pourrait me plaire étant donné que j'ai aimé le film. Je note, je
note...



keisha 18/11/2010 09:34


Un roman que j'avais beaucoup aimé! Tu as raison de parler de Irving. J'ai aussi lu Lâchons les chiens, encore meilleur, à mon avis!


Folfaerie 19/11/2010 20:36



J'essaierai Lâchons les chiens également, j'espère qu'il sera dispo en biblio. Un auteur à suivre en tout cas.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog