Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-12-10T09:25:00+01:00

Le fantôme d'Hollywood (Ray Bradbury)

Publié par Folfaerie

Je ne suis pas très fan de polars. Dans les séries, mon héros est Sherlock Holmes, et j'ai découvert il y a quelques années Boris Akounine et son Fandorine que me plaît bien. J'ai essayé un temps Ellroy (à cause de L.A. Confidential) mais trop d'hémoglobine, de sexe et de pratiques sadiques... Parfois je tombe sur un polar un peu inhabituel, original et point trop sanglant qui me réconcilie avec le genre. En voici un échantillon.

Le narrateur de ce polar un peu bizarre n'est autre que Bradbury, qui avait entamé une autobiographie imaginaire quelques années auparavant. Scénariste à Hollywood, il en profite pour concocter une satire de ce milieu peu ordinaire, qui se double d'un thriller un peu surnaturel. J'ai bien aimé non seulement pour la restitution d'une époque et d'un milieu qui fascinent toujours, mais aussi pour ce mélange d'humour et d'horreur parfaitement dosé.


1954. Le jeune homme est donc scénariste pour les studios Maximus et travaille sur un projet de films dont le thème est lié aux monstres. Il fait équipe avec son meilleur ami, un maquettiste de talent, Roy Holdstrom, dont le rêve ultime est de fabriquer La Bête. Ca tombe bien, c'est aussi le désir du patron du studio, Manny Lieber, irascible et autoritaire, toujours flanqué de l'inquiétant Dr Phillips, dont l'unique fonction consiste à pourvoir en drogue les acteurs et actrices du studio. Ajoutons à cela un réalisateur de génie, gueulard et égocentrique, Fritz Wong et une monteuse de grand talent, Maggie, et  les protagonistes sont pratiquement au complet. Mais voilà, un soir notre pauvre scénariste se retrouve nez à nez avec le fantôme du précédent patron des studios, le légendaire Arbuthnot, mort 20 ans plus tôt dans un accident de voiture... Un véritable climat de folie s'installe alors, aux studios, et dans le roman, car des choses et des événements tour à tour incroyables, burlesques ou macabres vont survenir et chambouler la vie du narrateur.


L'occasion pour Bradbury d'évoquer une galerie de personnages pour le moins farfelus ou pittoresques, comme l'ancien maquilleur de Lénine poursuivi par le KGB, le chasseur d'autographes Clarence, ou encore JC, l'acteur qui se prend pour Jesus. Un vrai polar donc, avec crimes et flic qui mène l'enquête, le tout au milieu de décors fabuleux, dans une atmosphère glauque, clin d'oeil appuyé et hommage non déguisé à deux personnages fabuleux, la Bête de Cocteau et Quasimodo. J'ai adoré !

Voir les commentaires

commentaires

L'irlandaise 15/12/2009 10:18


oops ! "bradbury" faut-il lire au dessus...
( pb de frappe !)


L'irlandaise 15/12/2009 10:17


je suis très fan de ray bradubury, il a ecrit 'la baleine de dublin', récit de ses difficultés à realiser le scenario de moby dick pour John Huston. Cet ecrivain a du GENIE ! c'est l'un de mes
modèles et maîtres.


Folfaerie 15/12/2009 10:23


C'est l'un de ses romans que je n'ai pas encore lu. A noter sur ma liste.


Marie L. 10/12/2009 10:14


Tout ce que tu dis me plaît!
Une lectrice non adepte de polar qui se laisse séduire par un univers aux multiples références cinématographiques ou littéraires... J'adore!


Folfaerie 10/12/2009 11:28


Un gros coup de coeur avec ce roman. J'aime beaucoup Bradbury que je voyais surtout comme un auteur de SF. En fait il a plusieurs cordes à son arc, un écrivain très intéressant.


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog