Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-05-13T13:15:00+02:00

Le joueur de cartes (Daniel Henocq)

Publié par Folfaerie

Voilà un résumé qui m'attirait fort, de même que la couverture d'ailleurs.

Elle est signée Mara, une illustratrice, scénariste de BD, dont j’aime beaucoup le coup de crayon !

http://www.sargas.net/mara/

  

Edimbourg, hiver 1899. L’un des plus rigoureux que la capitale écossaise ait connu depuis longtemps. Un navire de commerce, un mystérieux brick vient de mouiller l’ancre en plein milieu du port de Leith. Fait étrange, aucun membre d’équipage ne participe à la manœuvre.

Arthur Conan Doyle, auteur du célèbre Sherlock Holmes, est dépêché à bord par l’amirauté en tant que médecin et expert en maladie infectieuse. Une fois sur le navire, ce qu’il découvre dépasse son entendement.

Allongé sur sa couchette, au seuil de la mort, le capitaine Artimus Fletcher lui confie un terrible secret. À aucun moment il ne devra ôter la bâche qui recouvre l’objet entreposé dans les cales, et en aucun cas tourner la clé qui met en route cette mécanique. Contre l’avis du docteur, l’encombrant paquet est transféré dans une annexe du musée d’Édimbourg. Pour Sophie McLaughlin, fille du conservateur, c’est l’occasion rêvée pour mettre un terme à la longue monotonie des jours d’hiver. Mais sera-t-elle prête à plonger dans un univers où l’imaginaire règne en maître?

 

Je ne connaissais pas cet auteur. voici les lignes qui lui consacre l'éditeur : Daniel Henocq est un passionné de littérature fantasy low, comédien à ses heures il est aussi journaliste pour le site spécialisé en littérature jeunesse Les Histoires Sans Fin.

Plus d’infos sur son blog :

http://www.runesbook.org/blog/auteur/

 

L’héroïne, est une petite peste de 14 ans, peu sympathique, capricieuse et égoïste. Elle le demeurera hélas jusqu’à la dernière ligne ! Parce qu’elle s’est montrée trop curieuse et trop sûre d’elle, la voilà catapultée dans le monde imaginaire d’un automate où règne l’hystérique Roi des illusions et où vivent quantités de créatures sympathiques. La plupart sont des animaux qui parlent – raton-laveur, araignée, hibou, tortue… - mais il y a aussi des arbres. De rencontre en épreuves, Sophie devra retrouver les cartes manquantes pour pouvoir regagner son monde. Ça et là on trouve de bonnes idées (j'ai surtout aimé le tout début, avec l'arrivée du navire fantôme) qui, cependant, auraient mérité d’être davantage exploitées (comme par exemple le village des enfants oubliés).

Plusieurs choses, outre la couverture, m'avaient attirée : l'histoire se passe à Edimbourg (Ah l'Ecosse...), l'un des protagonistes n'est autre que ce cher Arthur Conan Doyle, et l'époque victorienne est de celle que je préfère.

Daniel Henocq est manifestement un fan de Lewis Carroll. Pour moi son roman est effectivement un hommage  à Alice au pays des Merveilles et au magicien d’Oz (j'y ai aussi décelé quelques influences Barriennes...). Mais voilà, cela reste juste un hommage. Malgré les aventures loufoques que vit la jeune héroïne, l’auteur ne se démarque pas spécialement de ses illustres prédécesseurs, et l’histoire demeure somme toute classique. Pour la lectrice adulte que je suis, il m’a semblé que le roman était inabouti. Cela m'a rappelé Les Minuscules de Steve Augarde, j'ai les mêmes réserves.

La fin est également un peu expédiée à mon goût,  on ne sait pas, même si on l'espère, si la leçon aura été profitable à cette irritante gamine.

 Avec le recul, les points positifs dominent tout de même, et puis j'ai fouiné un peu sur le blog de l'auteur et sa biographie m'a semblée intéressante (on a des points communs en littérature !) et pour tout dire, il m'est sympathique. Après tout, sa démarche est fort louable, et sa référence aux classiques de notre enfance m'a enchantée.  

En conclusion, je dirai que c’est un roman sympathique qui séduira certainement les jeunes lecteurs. En tout cas, j'espère que M. Henocq va continuer dans cette voie, je suis curieuse de lire ce qu'il a encore réserve, dans son imagination...

P.S. Message pour la maison d’édition : j'ai noté ça et là des coquilles et fautes d’orthographe...  En tout cas, grand merci pour ce partenariat.

 

Voir les commentaires

commentaires

Pauline 23/10/2011 18:46


Aucune :D
Tiens je viens d'ouvrir un forum dédié à la littérature pour la jeunesse. Si ça t'intéresse : http://auchatquilit.space-forums.com/


Folfaerie 28/10/2011 12:12



Je vais aller voir ça !



Pauline 22/10/2011 12:36


J'ai bien apprécié de roman qui m'a en fait beaucoup surprise.
Je n'ai pas fais gaffe aux coquilles... Mince, d'habitude je les vois tout le temps... Peut être que cela a été corrigé...


Folfaerie 23/10/2011 18:45



Je ne sais pas si l'exemplaire presse que j'ai reçu était la version définitive ou non. Tant mieux si tu n'as pas vu de fautes



BlackWolf 16/05/2011 18:47


Je dois le recevoir prochainement en partenariat j'ai donc lu ton avis en diagonale pour éviter tout spoiler. J'espère le trouver aussi sympathique.


Folfaerie 16/05/2011 22:17



Si tu as lu ces grands classiques aussi, tu me diras si tu constates les mêmes travers que moi !



Volpilière 15/05/2011 19:37


Merci pour votre retour, s'il reste des coquilles et que vous les avez remarqué, n'hésitez pas à nous en faire part via editionsvolpiliere@gmail.com
Une correctrice s'est occupée de cet ouvrage mais il reste toujours des choses qu'on ne voit plus après trop de relectures.
Merci pour cette critique argumentée. Belle soirée.


Folfaerie 16/05/2011 14:32



Merci à vous pour ce partenariat. Je ne manquerai de faire un petit récapitulatif des coquilles et de vous l'envoyer (j'avais commencé à noter les pages...).



Pauline 15/05/2011 15:48


Un livre qui m'a l'air tout de même fortement sympathique.


Folfaerie 16/05/2011 14:30



Sympathique c'est le mot. Même si j'espérais quelque chose de plus abouti, je suis tout de même contente de l'avoir lu et surtout d'avoir découvert un autre auteur français.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog