Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-09-30T21:07:00+02:00

Le sang noir de la terre (Linda Hogan)

Publié par Folfaerie

Pffffiou, quel roman !! Encore un coup de coeur.

 

 

Le livre de Linda Hogan est un roman riche et dense qui traite une période tragique de l'histoire des tribus indiennes aux Etats-Unis.
Nous ne sommes plus à l'époque des grandes guerres indiennes du XIXème siècle mais au tout début du XXème. Dans les années 1920, du pétrole fut découvert sur les terres incultes où le gouvernement avait relégué les Osages.

Du jour au lendemain ces Indiens figurèrent parmi les nouveaux
riches. Ils s'achetèrent des maisons, des voitures, des bijoux, tous contents de ce nouveau changement de vie. Mais voilà, très vite le gouvernement se mit à modifier les conditions de paiement des revenus liés au pétrole, allant même jusqu'à déclarer les Indiens de sang pur  incapables de gérer leurs biens et leur attribuer des tuteurs blancs !!

 

C'est à travers les tribulations de la famille Graycloud que Linda Hogan évoque ce pan de l'histoire peu glorieux des USA. Belle, la matriarche, veille sur sa famille : son époux, un homme bon et simple, Moses, leurs deux filles, Lettie qui a une liaison avec un métis, Benoit et Louise, mariée à Floyd, lesquels ont deux enfants la benjamine Rena et l'aîné, Ben. Et puis il y a la soeur jumelle de Moses, la douce Ruth qui vit avec l'énigmatique John Tate.

Enfin, la famille Graycloud est très liée avec une lointaine cousine, la belle Grace et sa petite fille, Nola. Celles par qui tous les drames vont survenir.

 

Linda Hogan décrit deux communautés : celle des Indiens qui vivent en ville des revenus du pétrole et les Indiens des Collines, retranchés dans la nature et vivant selon les coutumes ancestrales de leur peuple. Certains font le va et vient entre les deux communautés, comme Belle ou  l'homme médecine, Michaël Horse. D'autres ne peuvent ou ne veulent plus effectuer ce retour salvateur, à l'image de la jolie Nola dont le destin sera particulièrement tragique.

Aux humiliations et spoliations se succèdent les morts suspectes. Suffisamment nombreuses pour que le FBI décide d'y envoyer un agent Sioux : Stace Red Hawk. Ce dernier, avec l'aide des Osages, finira par démasquer les auteurs de ce complot meurtrier dont les Indiens sont les victimes.

 

C'est un roman qui traite plusieurs sujets : le fossé qui se creuse entre Indiens traditionalistes et ceux qui aspirent à vivre comme les Blancs, la perte des valeurs de la communauté, le désastre écologique provoqué par l'exploitation du pétrole, le racisme, et la façon dont le gouvernement américain traite les communautés autochtones (de nombreux passages ont soulevé mon indignation, l'attitude de l'Administration et du gouvernement était tout bonnement révoltante), le tout dilué dans un récit qui s'apparente à la fois à la fresque historique et à la saga familiale.

 

J'ai tout aimé : l'écriture, les thèmes soulevés par l'écrivain, les personnages auxquels on s'attache si facilement. De très beaux portraits de femme, la place réservée à la nature... bref, tous mes sujets de prédilection. L'histoire est poignante et douloureuse, heureusement allégée par l'humour typiquement Indien, et donne à réfléchir. Je recommande chaudement !

 

Comme toujours lorsqu’elle faisait ses commissions, elle passa rapidement devant la gare, mais soudain, quelque chose l’arrêta net. Belle se figea sur place, puis elle se retourna pour mieux y regarder dans l’espoir qu’elle avait mal vu. Le spectacle qui s’offrait à ses yeux était un camion rempli de carcasses d’aigles. Des oiseaux bruns et dorés, aux yeux clos par la membrane blanc bleuté de la mort. Pendant un long moment, Belle parut avoir pris racine. Glacée jusqu’à la moelle des os, elle fixait, incrédule, les aigles sacrés morts. On aurait dit un petit peuple disparu, assassiné et enlevé dans un camion. Près du camion, les chasseurs s’affairaient à compter les aigles.

 

Le paysage dévasté rehaussait la clarté limpide de l’eau qui brillait là tel un joyau. Par endroits, des fuites de pétrole comme celle de la source sur les terres de Belle noircissaient les berges ; des fûts de pétrole rouillés abandonnés dans l’eau stagnante polluaient les zones de mais où les insectes pullulaient et se reproduisaient. Vers le soir, ils virent un coyote qui grattait la terre. Ils longèrent des arbres tués par les psychés. Nombre de champs avaient été brûlés, calcinés, les autres étaient stériles d’avoir nourri le bétail affamé et trop nombreux qu’élevaient les dévoreurs du monde. C’était un spectacle affligeant.

 

Autour d’eux on pariait ferme dans un grand cercle bruyant et animé. On prenait les enjeux. Les Indiens raffolaient du jeu et se moquaient bien de perdre. Ils faisaient la queue en attendant leur tour, s’appuyaient sur des cannes, fumaient des cigarettes et pariaient sur les courses de mulets. Un homme misa sur un mulet au pelage sombre qui venait d’uriner prétextant qu’il courrait mieux après s’être soulagé. Et ils jouaient gros – des pièces d’argent, des chevaux, des vaches, des couvertures de laine orange et violet qui appartenaient à la famille depuis des lustres. Les femmes âgées pariaient leurs châles de danse et les paniers qui avaient appartenu à leurs grands-mères. Des jeunes gens titubaient pariaient leurs coffres et leurs ballots-médecine, prêts à perdre jusqu’au sacré pour de l’argent. Bien des cœurs se brisaient de les voir tout risquer dans un jeu de hasard et d’argent.

 

http://www.lindahoganwriter.com/index.htm

 

coup-de-coeur

 

Voir les commentaires

commentaires

Grand-Sachem-la-Brocante 11/10/2011 07:07


Très bel article, très juste et touchant. Grand-sachem a beaucoup aimé ce livre qui l'a accompagné pendant ses vacances d'été mais il ne se sentait pas capable de faire un article aussi réussi!
Bravo !


Folfaerie 13/10/2011 21:14



Merci beaucoup !



petitsachem 03/10/2011 21:12


je note...


Folfaerie 03/10/2011 22:24



T'a intérêt, c'est vachement bien



Lystig 30/09/2011 22:23


je note volontiers pour plus tard !


Folfaerie 01/10/2011 20:46



Tu as bien raison. Quand je pense que ce livre a attendu plus d'un sur mes étagères...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog