Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-01-22T07:41:00+01:00

Le trésor de la Sierra Madre (B. Traven)

Publié par Folfaerie

Au Mexique, au début du XXème siècle, la vie est dure pour tout le monde : Indiens, métis et blancs. Le pétrole est roi dans ces contrées où seules les compagnies pétrolières sont susceptibles d’offrir du travail. Mais c’est un dur labeur et bien peu rétribué. Et puis il y a l’or. Les trois protagonistes de cette histoire, Dobbs, Curtin et Howard, des Américains, décident de s’associer pour trouver et exploiter une mine fabuleuse qui leur assurera la  richesse. Les temps des conquistadores ne paraît finalement pas si lointain…

Le travail acharné, la cohabitation souvent difficile, les déceptions, la solitude, la peur font partie du quotidien des trois hommes. Cahin-caha, les choses ne se passeraient pas si mal sans l’or. Car l’or rend fou et conduit les hommes à des actes dont ils ne se seraient jamais cru capables. Pas dans la grandeur, la force ou le courage, non, mais dans la bassesse, la cruauté et la cupidité.

 

Traven interpelle le lecteur à travers des thèmes qui lui sont chers : le sens que l’on donne à sa vie, la place de la nature et la responsabilité de l’homme blanc envers les Indiens, éternels dépossédés. Loin d’être seulement un roman d’aventures, Le Trésor de la Sierra Madre est l’occasion de brosser le portrait d’une région où les Blancs ne peuvent s’accommoder d’une vie en harmonie avec la nature et n’ont que mépris pour les Indiens (que ce soit l’Eglise où les compagnies pétrolières, leur responsabilité quant à la misère de ces peuples est loin d’être négligeable) et  l’auteur en profite pour souligner la faiblesse et la lâcheté des hommes.

 

Une fois que l’on a tourné la dernière page, on se pose finalement la question :  avons-nous vraiment besoin d’être riches pour être heureux ? Le trésor du titre de cet excellent roman recouvre en tout cas plusieurs aspects…

 

Un grand mystère entoure B Traven. D’origine allemande probablement (ses livres ayant été écrits dans cette langue), on ne sait pas grand-chose de la première partie de sa vie, jusqu’à son installation au Mexique, plus précisément au Chiapas. La découverte des conditions de vie des indiens, le plus souvent exploités, va nourrir l’essentiel de son œuvre.

 

En 1948, l’adaptation du roman, réalisée par John Huston avec Humphrey Bogart, sort sur les écrans.

 

Extrait : Ces trois hommes, qui se trouvaient là rassemblés, n’avaient jamais été des amis. Ils n’avaient même pas songé à le devenir. Ils étaient tout au plis liés par une certaine camaraderie. Ce qui maintenait leur association,  c’étaient des raisons de pur intérêt auxquelles elle ne survivrait pas. Il leur arrivait d’avoir des contestations et des disputes, comme à tous les êtes qui cohabitent un certain temps. Ces disputes, à la longue, auraient pu forger une amitié, comme cela se voit fréquemment. Mais surtout les fatigues, les soucis, les espoirs, les déceptions que ces hommes avaient déjà éprouvé en commun dans les mois écoulés, devaient selon toutes les lois de la sociologie conduire à l’amitié. (…) Pourtant, un observateur qui les eût regardés, assis devant le feu, au moment qui précédait leur coucher, celui-là eût pu croire que ces hommes n’attendaient qu’une bonne occasion pour se sauter à la gorge.

 

 

coup-de-coeur

Voir les commentaires

commentaires

Eeguab 25/12/2011 19:16

Traven est un cas.Son existence assez mystérieuse et ses romans passionnants m'ont séduit.Le trésor...,La révolte de pendus,Le vaisseau des morts,Le pont dans la jungle,La charrette.

Folfaerie 27/12/2011 18:22



Tu les as tous lus ? Moi j'ai encore en attente La révolte des pendus et la Charrette, on m'a dit que ce sont les deux romans les plus "durs" de Traven, les plus poignants sans doute.



Véro. 23/01/2011 16:15


Au moins, tu commences bien l'année !


Folfaerie 23/01/2011 18:49



C'est une lecture ancienne en fait mais je ne pouvais pas ne pas présenter Traven sur mon blog.



Sandra 22/01/2011 13:42


Ah ce serait bien ! Merci pour lui ! J'attends avec impatience tes autres articles alors...


Karine:) 22/01/2011 13:41


Malgré ton gros coup de coeur, je n'arrive pas à être tentée. Je pense que je suis dans une phase "pas sérieuse" ces temps-ci.


Folfaerie 23/01/2011 18:56



Bah, quand ce n'est pas le moment, il ne faut pas insister, c'est vrai. Un jour tu auras sûrement envie de l'ouvrir...



Sandra 22/01/2011 09:16


Ce roman de Traven je l'adore ! J'ai découvert cet auteur grâce à mon merveilleux prof de Français (un autre Mr Keating ! !), au collège, il y a 25 ans ! (il nous avait fait lire Rosa Blanca)


Folfaerie 22/01/2011 11:22



Je compte bien faire découvrir les autres Traven au fur et à mesure !



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog