Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-06-03T11:35:00+02:00

Le vent (Dorothy Scarborough)

Publié par Folfaerie

http://media.paperblog.fr/i/536/5360569/vent-dorothy-scarborough-libretto-L-DrPHWm.jpegMerci à Petit-Sachem (lire son billet) de m'avoir prêté cet excellent roman, dont je ne connaissais même pas l'existence.

 

Voici la quatrième de couverture des éditions Phébus :

Dans les années 1920, une jeune orpheline, doit quitter sa Virginie natale au climat plutôt clément pour rejoindre au Texas un cousin éleveur de bétail. Elle rencontre lors du voyage un riche négociant qui lui dépeint une région difficile : climat impitoyable, tempêtes de sable, cow-boys frustes et le vent, partout, obligeant les hommes à se terrer dans des trous faisant office de maisons... La jeune fille va devoir affronter cet ennemi implacable qui la poursuit comme un spectre surgi du fond d’elle-même ; ce vent qui dépose le sable, harcèle, enferme dans la solitude et l’ennui et rend chaque visite la bienvenue, ne serait-ce que pour ne plus penser au bétail, à la cuisine ou aux contraintes du désert…

 

La maison d'édition est peu bavarde sur l'écrivain, tout juste sait-on que "Née en 1878 et morte en 1935, Dorothy Scarborough a vécu une partie de son enfance au Texas. Elle commença très jeune à écrire dans des magazines, fit de brillantes études supérieures et enseigna la littérature à l’université de Columbia. Elle consacra sa thèse au surnaturel dans la littérature anglaise, s’intéressa au folklore et anima des ateliers d’écriture fréquentés entre autres par Carson Mac Cullers."

 

La jeune orpheline en question, c'est Lettie. Fraichement débarquée de sa Virginie natale, suite au décès de sa mère, la voici obligée d'imposer sa présence à Bev, son cousin adoré, devenu fermier au Texas et flanqué d'une épouse et d'enfants.

Tout commence mal pour la pauvre Lettie. Dès le voyage en train, un séduisant inconnu la met en garde contre les rigueurs de cet état, et contre le vent en particulier. Lettie, petite nature, est rapidement et fortement impressionnée par le discours de Wirt Roddy et par ce qu'elle voit défiler du paysage. Des arbres rabougris, des étendues sèches et des vaches efflanquées.

A la descente du train, accueillie par un inconnu et assaillie par le vent, elle entame un petit périple pour gagner la ferme de son cousin.

 

Pour mieux nous permettre de compatir aux malheurs de la jolie Lettie, l'écrivain alterne les descriptions des lieux et des situations vécues par la jeune fille et les souvenirs de celle-ci, liés à La Virginie. Le contraste entre ces deux états est cruellement évident. La sécheresse qui sévit au Texas rend la nature hostile, le vent charrie sans cesse du sable, les habitations sont rustiques, voire rudimentaires, et les manières des hommes sont bien brusques... La Virginie est le symbole de l'opulence, des bonnes manières. Les vallées sont vertes et arrosées de jolies rivières, les fleurs s'y épanouissent, on prend le thé avec ses amies et voisins... la douceur de vivre du sud, quand on a la chance de ne pas être issu d'un milieu pauvre.

 

Lettie doit faire sa part du travail, elle qui ignore tout des tâches ménagères, il faut faire plus de 30 km pour aller voir des voisins, et pas question de se rendre en ville, c'est  tout un voyage. L'isolement, la promiscuité seraient supportables sans la volcanique épouse de Bev, femme forte et belle qui méprise la faiblesse.

 

Lettie, fragile jeune fille élevée dans du coton, qui croit encore au prince charmant, se laisse peu à peu dévorer par ce pays si singulier et sauvage. Le vent souffle sa folie sur cette pauvre fille, incapable de prendre la bonne décision et qui, de désillusions en épreuves, perd peu à peu sa raison.  Je suis ressortie de ma lecture aussi ébranlée que Lettie Mason, je dois le dire.

 

La plupart des passages sur la sécheresse et la nature sont saisissants. On souffre pour ces cow-boys isolés et plus encore, pour toutes ces pauvres bêtes - vaches et chevaux -, condamnées à mourir lentement de faim et de soif, sous les yeux impuissants de leurs propriétaires. Les hommes et les femmes de ce Texas impitoyable doivent faire preuve à la fois de résignation et de force pour s'adapter à ces dures conditions de vie. Lettie n'aura ni l'une ni l'autre et sa déchéance est poignante.

 

La traductrice, Pascale Voilley, dans une excellente préface, évoque le phénomène des dust bowl, ce désastre écologique qui toucha le Middle-West durant la grande dépression. Des sécheresses et tempêtes de poussière qui durèrent une décennie (!!) et modifièrent pour toujours l'équilibre écologique de ces régions. De quoi méditer, encore aujourd'hui...

 

http://www.dustbowl.gr/images/dust_bowl_3.jpg

 

 

http://www.dustbowl.gr/images/dust_bowl_1.jpg


Voir les commentaires

commentaires

Loo 07/06/2012 23:28

Elles me surprennent les photos. Déjà dans ton commentaire on ressent la difficulté de vie au Texas mais à voir les photos c'est presque incroyable. J'ignorais qu'ils avaient vécu de si grandes
difficultés pendant si longtemps. C'est vraiment à nous couper l'envie d'y aller. J'ai eu chaud et des difficultés à respirer rien à lire ce billet.

Folfaerie 08/06/2012 20:52



Et bien je n'étais pas trop fan du Texas de toute façon (les milices privées contre les clandestins mexicains, les champs de pétrole...) et ce retour dans le passé ne m'a pas trop surprise. En
revanche, les ravages causés par les dust bowls m'ont stupéfiée. Il y a pas mal de photos d'archives sur le web, impressionnantes !!


Dans le roman, ce qui est le mieux retranscrit, c'est cette vie quotidienne à lutter contre le sable, charrié par le vent, que l'on retrouve dans le buffet à vaisselle, dans les draps du lit,
etc. Je ne sais vraiement pas comment faisaient les femmes pour tenir le coup...



petitsachem 04/06/2012 07:31

ah! j'attendais ton billet avec impatience...quelle troublante lecture comme tu dis, cela ne m'étonne pas qu'on en est fait un film.

Folfaerie 04/06/2012 20:50



Ah tiens, j'ai oublié de parler du film... J'avoue que la fin du roman m'a scotchée, ça donne pas envie d'aller au Texas



chinouk 03/06/2012 16:27

Et hop ! dans ma LAL !!

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog