Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-12-24T14:51:00+01:00

Les Quarante-cinq (Alexandre Dumas)

Publié par Folfaerie

Henri III a perdu ses favoris.   Ne lui reste que le moins aimé, D'Epernon, devenu duc et courtisan paresseux. Il se console donc en reportant son affection sur le duc Anne de Joyeuse et son frère Henri.

Pendant ce temps, les Guise, à la tête de la Ligue, n'en finissent pas de comploter et le duc d'Anjou s'est exilé, par la volonté royale, dans les Flandres. C'est alors que d'Epernon a l'idée de recruter 45 gentilshommes gascons pour constituer la garde rapprochée du roi. Parmi eux, le séduisant Arnauton de Carmainges qui tombe amoureux de la terrible duchesse de Montpensier, alliée aux Guise.

 

Deux personnages importants reparaissent alors à point nommé. Chicot, que l'on croyait mort, et qui, sous le nom de Robert Briquet, continue de servir son roi, et Diane de Meridor, comtesse de Monsoreau, qui ne vit plus que pour venger la mort de son amant. Tandis que Chicot se promène dans les couvents et rend visite à Henri de Navarre, dont les forces grandissent, Diane, aidée du fidèle Rémy, entreprend de rejoindre le duc d'Anjou dans les Flandres. Elle y est suivie par Henri de Joyeuse, éperdument amoureux de la jeune femme, hélas sans espoir de retour.

Henri III, se gardant à la fois des Guise et de son frère François, ourdit ses plans de bataille pour contrer les uns et les autres. Mais le destin de la France tient parfois à un fil capricieux. Diane de Meridor accomplit enfin sa vengeance, et  Henri étant le dernier des Valois, devra trancher entre les Guise et Henri de Navarre pour la succession au trône...

 

Même si ce dernier volet est aussi riche en péripéties et rebondissements que les deux autres volumes, et que l'on prend plaisir à retrouver de vieilles connaissances (Chicot, Diane de Méridor et Rémy le Haudoin, le moine Gorenflot, Henri de Navarre et Margot....), c'est cependant le moins réussi des trois. La raison tient  à la multiplication des intrigues et au fait que le roman n'est pas véritablement achevé : Dumas prévoyait une suite, qui ne fut en fait jamais écrite...

 

Dumas  nous fait partager les amours malheureuses de Henri, comte du Bouchage, dédaigné par Diane de Méridor, puis le voyage de celle-ci avec Rémy pour accomplir sa vengeance contre le duc d'Anjou, responsable de la mort de Bussy. Nous suivons également les pérégrinations de Chicot, alias Robert Briquet, en mission pour le roi, et enfin, les aventures du séduisant Arnauton de Carmainges, en bute à la jalousie de certains de ses compagnons gascons, et occupé à ses intrigues amoureuses avec la duchesse de Montpensier.

On ne peut suivre véritablement ces quatre histoires sans se disperser. De plus, cet éclatement de l'intrigue est cause d'un manque d'épaisseur de certains personnages. Les frères Joyeuse sont légèrement traités et l'amoureux transi de Diane peut paraître un peu fade, Arnauton ne parvient pas à se hisser au niveau de Bussy et fait contre-emploi avec Joyeuse.

Reste néanmoins Chicot, très bien exploité (et on sent bien l'affection de l'auteur pour ce personnage), Henri III égal à lui-même, et l'élément comique apporté par l'inénarrable Gorenflot, qui a pris du poids et de l'ascendance (Dumas en profite pour nous allécher en énumérant les copieux repas de l'imposant personnage).

Une succession de «seconds rôles» savoureux vient gommer ce sentiment de déception (ah, la grande idée de Dumas de nous faire rencontrer le moinillon Jacques Clément, plein d'ardeur et de juvénile enthousiasme, et pourtant futur assassin de Henri III !), et surtout, avouons-le, on est quand même bien content que le perfide d'Anjou paie ses crimes, et meurt de la main de la belle Diane.

Au final, cela reste un bon roman, indispensable de toute façon à la compréhension du cycle des guerres de religion.

 

Ce billet est la reprise  d'une chronique que j'avais rédigée pour le site des Amis d'Alexandre Dumas.

 

Voir les commentaires

commentaires

Matilda 26/12/2010 12:55


Il me semble que j'ai les trois dernières déjà dans ma bibli. :) Héhéhé reste plus qu'à trouver Joseph Balsamo. Merci pour l'info.


Folfaerie 27/12/2010 21:11



En plus, il vaut quand même mieux les lire dans l'ordre. En prime, une belle histoire d'amour contrariée (entre le comte et la comtesse de Charny), so romantqiue et qui s'étale sur toute cette
série...



Matilda 25/12/2010 23:02


Ohoh le résumé me donne très envie :) Un peu mélancolique après avoir terminé Le vicomte de Bragelonne, je me dis que je pourrais retrouver ici une "série" à suivre avec passion ! Bref merci pour
la découverte !


Folfaerie 26/12/2010 12:19



De rien ! En plus de la trilogie des Guerres de Religion, je te conseille la série sur la Révolution qui se compose de : Joseph Balsamo, le collier de la reine, Ange Pitou, la comtesse de Charny
et Le chevalier de Maison Rouge. j'avais adoré !



Loula 25/12/2010 09:59


Tiens je ne connais pas du tout.. en même temps j'ai l'impression qu'il a été tellement prolifique que je pourrais toujours trouver un Dumas dont je n'ai jamais entendu parler!!


Folfaerie 26/12/2010 12:20



Tout à fait, je sais que moi aussi il me reste des titres à découvrir. Même si ce sont des oeuvres mineures puisque j'ai déjà lu ses romans les plus importants et les plus aboutis, je ne
désespère pas d'avoir d'autres coups de coeur chez Dumas.



scor13 24/12/2010 16:45


Je n'ai jamais lu de romans de Dumas mais j'ai de plus en plus envie d'y remédier. Merci pour ton avis


Folfaerie 26/12/2010 12:21



Laisse-toi tenter ! Le choix est tellement vaste chez Dumas...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog