Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-01-02T07:05:00+01:00

Nord et sud (Elizabeth Gaskell)

Publié par Folfaerie

Quoi de mieux pour commencer l'année qu'un coup de coeur ?

 

Quel plaisir de retrouver cette contemporaine de Charles Dickens ! J’avais aimé Femmes et filles, mais je dois avouer que j’ai adoré ce roman-ci. J’avais hâte de lire ce titre tant mes camarades blogolectrices me l’avaient conseillé, et je n’ai pas été déçue. Ne reste maintenant qu’à visionner la série BBC qui en a été adaptée.

La jolie Margaret Hale vit avec ses parents dans le Hampshire. Une vie douce et paisible dans le cadre bucolique de cette campagne anglaise dont le caractère de la jeune fille s’accommode à merveille. Margaret aime à se promener dans les bois et peindre, goûter les fruits du jardin familial, prendre le thé près de la fenêtre en contemplant la campagne… Hélas, ces charmants moments ne sont qu’éphémères. Un événement bien désagréable pousse le père de Margaret, qui est pasteur, à renoncer à sa cure. Voilà la famille Hale contrainte de s’exiler dans le nord de l’Angleterre, à Milton-Northern.

On peut imaginer sans peine l’angoisse de Margaret, sa tristesse et sa mélancolie. Le choc est rude ! Les Hale échangent leur sud rural contre un nord industriel, à la triste mine, aux usines polluantes et où la population se comporte différemment. Les manières des gens de la rue semblent bien grossières, de même que le langage, et que dire du comportement cruel des patrons de filatures ?

Si l’ancien pasteur s’adapte plus rapidement grâce à sa nouvelle activité de professeur, il n’en va pas de même pour Margaret et sa mère. Mr Hale compte parmi ses élèves un jeune homme séduisant, riche industriel, John Thornton, qui cherche à élargir sa culture personnelle. La rencontre entre John et Margaret ne se passe au mieux : s’il est d’abord ébloui par la beauté de la jeune femme, John ne tarde pas à la trouver hautaine, tandis que Margaret supporte difficilement les manières brusques du jeune homme et ses opinions sur le monde ouvrier.

Si le début du roman évoque bien certainement Jane Austen, il se rattache cependant assez vite aux œuvres de Charles Dickens. Elizabeth Gaskell ne se contente pas de nous décrire la romance contrariée entre John Thornton et Margaret Hale. Elle oppose ces deux visages contrastés, un sud rural où il fait bon vivre, dont les cultures participent à nourrir ce nord en pleine expansion où filatures et usines ont modifié pour toujours le paysage anglais.

Néanmoins, Elizabeth Gaskell n’était pas dupe, elle connaissait les réalités de son époque. Sous sa plume, Margaret finira par avouer que la pauvreté règne aussi dans les communautés rurales, tandis que Thornton prouvera qu’il n’est pas un patron exploitant ses ouvriers, et que  sa bonne santé financière ne dépend pas uniquement de lui. Même si ces différences ne sont donc pas aussi marquées qu’on pourrait l’imaginer, je n’ai pu m’empêcher de songer aux écrits de Tolkien, de Béatrix Potter ou des pré-raphaélites déplorant l’avènement de l’ère industrielle, qui causa tant de mal aux paysages anglais et à l’économie rurale.

Tout comme chez Dickens ou Austen, nous croiserons des personnages secondaires savoureux : la gouvernante Dixon, exclusivement attachée à Madame Hale, toujours ronchonnant, l’autoritaire et imposante Mrs Thornton qui veille jalousement sur son fils, le syndicaliste Nicholas Higgins dont le rôle permet à l’écrivain de donner son opinion sur les grèves, le charmant Mr Bell, professeur à Plymouth Collège et dont la générosité sera déterminante dans la conclusion de cette histoire d’amour… Elizabeth Gaskell impose bien des épreuves à son héroïne, moins délicate et fragile qu’il n’y parait, tandis que John Thornton dévoile bien des fêlures malgré sa carapace.

Un peu comme pour Orgueil et Préjugés de Jane Austen, nous savons bien que l’histoire d’amour entre Margaret et John connaîtra un happy end, mais le plaisir de cette lecture n’en est pas diminué pour autant car l’écrivain donne à ses lecteurs matière à réflexion sur bien des aspects de la vie de cette époque en entretient savamment le suspense en introduisant nombre d’événements en guise rebondissements. Loin d’être un simple roman sentimental, Nord et Sud est une œuvre plus complexe s’enrichissant d’une intéressante analyse sociale.  Un délicieux retour dans cette époque victorienne que j’aime tant qui devrait ravir tous les amoureux de la littérature anglaise.

Je tiens à saluer la traduction de Françoise du Sorbier, dont j’ai lu des contes écossais avec plaisir et à remercier les éditions Points pour ce partenariat.

 

D'autres avis chez Keisha, et Theoma. 

 

coup-de-coeur

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Maryse 01/07/2014 20:30

C'est mon Gaskell favori ! Adapté par la télé anglaise d'ailleurs.

Folfaerie 01/07/2014 21:25

Je crois que c'est aussi mon préféré, sur les 5 ou 6 romans de Gaskell que j'ai lus. Lu et relu...

Nemetona 23/01/2011 20:30


Bon, ça y est, je l'ai lu et j'ai vu la série avec le beau Richard Armitage (je confirme ! !). Quel magnifique roman !(même si mon préféré reste Femmes et filles).
Merci Madame Gaskell et merci Folfaerie !


Folfaerie 24/01/2011 21:07



Si une chaîne française avait seulement l'idée de diffuser la série...



Karine:) 20/01/2011 14:13


J'avais aussi trouvé à la fois des accents austeniens et dikensiens. Et beaucoup aimé, cela va sans dire. Femme et filles également, en fait.


Folfaerie 20/01/2011 19:16



Moi j'ai hâte de lire ses autres oeuvres, malheureusement je vais devoir attendre car tout est en grand format et j'ai déjà tant de livres à acheter, que le prix constitue un obstacle compte tenu
de mon petit budget.



Céline 13/01/2011 17:26


Je trouve que c'est le plus réussi des romans de Gaskell, mais pourtant, je crois que j'ai plus de tendresse pour Wives and daughters !


Folfaerie 14/01/2011 19:12



Ah j'avoue que j'ai du mal à en préférer un. Peut-être Nord et sud car la trame me rappelle celle d'Orgueil et préjugés de Jane Austen, et pourtant Femmes et filles me semble plus abouti. Il me
tarde donc de lire Cranford et le 4ème roman tradiut en français (dont j'ai oublié le titre)...



Touloulou 08/01/2011 13:03


Ahlala celui-là aussi faut que je le lise ! So many books, so little time...


Folfaerie 09/01/2011 12:12



Mmm, c'est ce que je me dis tous les jours !



Frankie 06/01/2011 10:08


Ce livre est dans ma wish-list et j'espère l'acheter cette année !


Folfaerie 06/01/2011 11:55



ça me parait tellement incroyable de découvrir un tel classique seulement aujourd'hui ! !



Céline (moune) 03/01/2011 14:16


Et bien voilà une agréable occasion de te souhaiter une très belle année livresque 2011 Folfaerie :-)
Un auteur de plus dans ma wish-list grâce à toi !


Folfaerie 03/01/2011 18:47



Une très bonne année à toi aussi, et puisse-t-elle t'apporter plein de belles découvertes littéraires !



Hélène 03/01/2011 11:33


Je note je note...


Folfaerie 03/01/2011 18:52



Note donc, tu ne le regretteras pas !



Erato 03/01/2011 10:39


Je suis en train de lire Orgueil et Préjugés et j'aime beaucoup


Folfaerie 03/01/2011 18:55



Tant mieux ! Comment ne pas aimer le ténébreux Darcy et la piquante Elizabeth ? Et même ce sot de Mr Collins, l'hystérique Mrs Bennett et l'orgueilleuse Lady Catherine De Burgh, Ah, que de
souvenirs...



Véro. 02/01/2011 21:42


Maintenant que je connais Jane Austen, toute comparaison avec elle me donne envie de lire ce dont on parle !
Bonne année et plein de belles lectures en 2011 !


Folfaerie 03/01/2011 18:52



Je te souhaite également une très belle année, en espérant que 2011 sera un bon cru livresque... (mais c'est du français ça ?) 



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog