Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-04-25T13:14:00+02:00

Schoeless Joe (William kinsella)

Publié par Folfaerie

http://i.realone.com/assets/rn/img/3/4/4/0/15350443-15350446-large.jpgJ'avais eu un coup de coeur pour "Jusqu'au bout du rêve", très joli film interprété par Kevin Costner, James Earl Jones et Ray Liotta. Comme il était tiré d'un roman, je suis partie en quête du livre que j'ai trouvé d'occasion, car il est épuisé depuis plusieurs années.


Shoeless Joe :

A l'instar d'autres romans tissant leur trame autour d'une activité ou un sport (La légende de Bagger Vance, la rivière  du sixème jour, etc.) il sera peut-être difficile pour ceux qui ne connaissent pas, ou n'aiment pas, le base-ball, d'entrer dans l'univers du roman de cet écrivain canadien. Mais comme pour les deux exemples que je cite, le base-ball est un prétexte, une métaphore pour replonger, avec une certaine nostalgie, dans une époque antérieure ou l'Amérique savait encoe ce que signifiait la pureté, l'innocence et la loyauté.

Parce qu'il a participé au trucage d'un match avec son équipe, en 1919, le célèbre joueur Schoeless Joe Jackson est condamné à errer dans un no man's land, ni tout à fait la terre, ni le Paradis, et c'est dans un champ de maïs appartenant à un fermier de l'Iowa, chef de famille et fan de base-ball, que Schoeless Joe choisit de se manifester 60 ans plus tard.

Commence alors une étrange aventure qui va pousser Kinsella, le  fermier, à partir sur la trace de fantômes, à kidnapper le célèbre écrivain Salinger et à construire un terrain de base-ball dans son champ, pour joueurs décédés depuis plus de 30 ans... Drôle de conte où la fée est remplacée par le meilleur défenseur de champ extérieur de tous les temps, où le héros, de visions en rencontres, finit par comprendre que la tâche qui lui incombe est de soulager la douleur de ces joueurs félons, et qui finira par trouver sa récompense en se réconciliant avec son passé.

Une seconde chance, une occasion de retrouver un peu de ce que fit la grandeur de l'Amérique, et un constat un peu amer pour Kinsella qui réalise à quel point son pays a changé, a rétréci à force de compromis, de mesquineries, de désillusions. 


C'est véritablement un conte de fées moderne, une réflexion sur le modèle américain, une histoire vraiment très originale, à tiroirs, que je n'aurai pas eu le plaisir de lire sans son adaptation cinématographique.

 

http://www.zuguide.com/images/8276/8276.5.219.138.jpg


Jusqu'au bout du rêve :

Réalisé par Phil Robinson, le film sort en 1989. Le scénario passe sous silence certaines péripéties pour se concentrer davantage sur le pesonnage de Ray Kinsella interprété par Kevin Costner. Il kidnappe un écrivain célèbre qui n'est pas Salinger, mais un écrivain brillant, Terence Mann (le toujours excellent James Earl Jones), qui fut aussi un militant, et certaines histoires de famille sont gommées. Les changements ne sont pas très importants, l'essentiel demeure et je crois bien que je continue à préférer le film au livre.

Les quatre personnages principaux n'ont rien de héros :  Ray et sa femme Annie, ex-citadins vivant dans leur ferme sont devenus des adultes rangés à l'avenir un peu incertain (Ray est d'ailleurs considéré comme immature par son beau-frère), le brillant écrivain a préféré s'exclure de la société et vit désormais en ermite (il n'écrit plus), Shoeless Joe (Ray Liotta, autre acteur que j'aime beaucoup avec Costner) a été accusé de trucage.

Autre détail, Kinsella n'est pas fan de base-ball (contrairement au personnage du livre).

Quand il est dans son champ de maïs et qu'il entend à plusieurs reprises cette voix mystérieuse qui chuchote "si tu le construis, il viendra", il fait le pari fou de suivre ce conseil et sa vision de terrain de base-ball. Lorsque le terrain est achevé, Shoeless Joe surgit du champ de maïs pour lancer quelques balles. Voilà qui n'est pas banal...

Mais qui viendra ? Là est le mystère que Kinsella parvient à résoudre, d'indices en apparitions. La rencontre choc entre le fermier et l'écrivain est savoureuse autant qu'elle est déterminante. D'autres personnages intéressants ont été développés, comme Archibald "Moonlight" Graham, interprété par Burt Lancaster dont c'était le dernier rôle au cinéma. Tous ont un lien plus ou moins direct avec Ray et son passé. Un soupçon de fantaisie, beaucoup d'émotion, de très bons acteurs, une belle lumière... bref un très bon film. Je laisse aux spécialistes le soin de décortiquer cette réalisation pour en trouver les défauts, pour ma part, j'en ai aimé chaque seconde.




 


Voir les commentaires

commentaires

Véro. 25/04/2010 19:57


Je l'ai vu ce film et je l'avais bien aimé mais j'ignorais qu'il était tiré d'un film : c'est chose faite maintenant !


Folfaerie 25/04/2010 20:54



C'étaient les éditions 10/18 qui avaient publié le roman, à une époque, j'achetais beaucoup chez eux, en Domaine étranger, mais depuis quelques années, je trouve que leur catalogue s'est
appauvri. Beaucoup de romans sont épuisés et non réédités.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog