Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-02-05T11:02:00+01:00

Sur la piste de Big Foot (Jim Harrison, Guy Le Querrec)

Publié par Folfaerie

http://www.images-chapitre.com/ima1/original/312/1427312_3319813.jpgUne belle préface de Jim Harrison ouvre ce livre de photographies très sobres dont l’auteur a suivi le pèlerinage effectué en décembre 1990 par les descendants des Lakotas qui survécurent au massacre de Wounded Knee un siècle plus tôt. A cheval et par un froid de loup, les cavaliers des réserves de Standing Rock et Cheyenne River ont entrepris de remonter la piste jusqu’au lieu du massacre. Au cours de cette chevauchée, ils seront rejoints par des Lakotas des réserves voisines, mais aussi par des Chippewas, des Choctaws, car la tragédie qui s’est abattue sur le peuple Sioux concerne toutes les autres tribus.

Les photos en noir et blanc ont capturé le quotidien de ces cavaliers, leur imprimant une dimension tragique. Car ce pèlerinage évoque à la fois un passé douloureux et un avenir sans espoir. Tiraillés entre deux mondes et deux époques, les Amérindiens tentent de donner un sens à leur vie. Les véhicules sont garés à côté des chevaux et des tipis, les danseurs de pow-wow en costumes traditionnels côtoient les spectateurs en vestes et jeans, et dans les salles communales des centres culturels, le drapeau américain et le crucifix s’opposent aux crosses à plumes d’aigles et à la bannière de l’AIM.

 
Cette chevauchée avait pour but de rendre hommage à ceux qui sont tombés à Wounded Knee, mais, comme le souligne un participant, elle aura peut-être permis à certains de trouver un sens à leur vie. S’impliquer réellement afin de restaurer l’unité Indienne, continuer à transmettre le savoir ancestral aux plus jeunes, militer pour récupérer les Black Hills… Loin de s’achever sur un constat d’échec, ou de susciter l’amertume, cette chevauchée a redonné du courage à ceux qui ont remonté la piste, et tout le talent de Le Querrec est d'avoir su capter cette volonté au fil de ses clichés.

 

Les photos ci-dessous ne sont pas de l'auteur.

 

Le massacre de Wounded Knee en décembre 1890 :

 

http://www.lastoftheindependents.com/bigfoot.jpg 

  L'occupation de Wounded Knee en 1973 par l'AIM :

 

http://www.fromthevaultradio.org/home/wp-content/images/FTV261_WhyWoundedKnee/leanord_peltier_block.jpeg

 

Un extrait de la préface :

 


La dernière chose à laquelle un américain doté de la moindre conscience morale désire penser, ce sont les Sioux. Autant oublier qu'on a des coudes, avant de s'en cogner un, douloureusement, contre une porte. Ca vous arrête net, et cette douleur bénigne vous rappelle des événements nettement plus pénibles, par exemple le jour où vous vous êtes fracturés le dos ou le cou.
Les premiers habitants de l'Amérique formaient plus de cinq cents tribus ; nous n'en avons traîté aucune aussi mal que les Sioux. Jusqu'à une date récente, même des historient renommés avaient tendance à évoquer le massacre de Wounded Knee comme "la bataille de Wounded Knee" ce qui revient à parler de la bataille de Treblinka, de la bataille de Buchenwald ou de notre prpre bataille de Mi Laï. Après la fin des "Guerres Indiennes", qui se résument pour l'essentiel à une longue boucherie, il n'y a eu aucun Plan Marshall, mais simplement la création du Bureau des Affaires Indiennes, sans doute l'administration la plus insidieuse de toute l'histoire de notre république. Pour passer du général au particulier, je me rappelle avoir vu, il y a vingt ans, sur la réserve Navajo de Keams Canyon, des enfants infirmes jouer pieds nus dans la neige, une image incroyable. A peine une semaine plus tard, dans les locaux de la Société historique du Nebraska, je regardais des photos prises immédiatement après le massacre de Wounded Knee. Ma vision monoculaire s'est légèrement brouillée (je suis borgne) quand j'ai découvert la photo d'un ravin rempli d'enfants morts. Il avait fait un froid terrible et l'on aurait dit que les membres gelés de ces enfants s'étaient disposés d'eux mêmes pour adresser une supplique maladroite à un ciel muet. Des massacres comparables pour le nombre des victimes avaient déjà eu lieu à Sand Creek, dans l'est du Colorado, chez les Cheyennes, et à Bear Creek chez les Shoshones, quand l'un de nos soldats avait décrit la tuerie comme "une partie de plaisir". Il est sans doute difficile de connaitre la véritable histoire de notre propre pays, mais la plupart de mes concitoyens ne semblent pas trop s'en inquiéter. Nos manuels scolaires ne reconnaissent jamais clairement que nous sommes descendus de nos bateaux pour anéantir une civilisation extrêmement variée, dont les cinq cents incarnations possédaient un art et une littérature orale d'un raffinement admirable. Nos armes ont inclus revolvers et carabines, famines et maladies.

La raison de nos conquêtes avait pour nom : cupidité. 

 

 

challenge red power2

Voir les commentaires

commentaires

l'or des chambres 08/02/2012 13:40

Des hommes sont venus et ils ont pris ce qu'ils pensaient être leur due en volant leurs terres, leurs libertés et leurs vies... Et en toute impunité... Et dire que maintenant encore les indiens
finissent leurs vies parqués comme des bètes dans des camps... J'ai du mal parfois à comprendre la nature humaire !!
Le monde tourne décidemment bien de travers... Et aujourd'hui encore il se passe encore tant de choses terribles (je pense notamment à ce qui se passe en Syrie actuellement...) De quoi être
vraiment dégouttée...

Folfaerie 12/02/2012 10:12



Je dois avouer qu'il y a longtemps que je suis dégoûtée de ce monde, surtout que je suis bénévole dans le milieu associatif (nature et animaux, peuples premiers) et que je vois bien trop de
choses abominables depuis des années... Voilà sans doute pourquoi j'ai autant besoin de me réfugier dans les livres, et principalement en Fantasy. Bon sang, si j'avais une machine à remonter le
temps, je n'hésiterai pas une seconde à changer d'époque



Grand-Sachem-la-Brocante 07/02/2012 21:21

Très touchant....comment l'homme peut-il faire de belles choses sur autant d'atrocités et de malheurs, je me le demande toujours, encore, et pour longtemps!
J'ai publié ce matin un article qui ne participe pas au challenge car c'est au sujet d'un magazine mais dont je suis assez content et qui rejoint le sujet du devenir des indiens à notre époque
après de telles épreuves pour ces peuples! http://grand-sachem-la-brocante.over-blog.com/article-russel-means-rodney-bordeaux-debra-white-plume-red-cloud-et-les-autres-97578405.html

Folfaerie 12/02/2012 10:13



C'est vrai qu'il y a de quoi être complètement pessimiste. Mon seul espoir, ce sont ces petites initiatives qui fleurissent ça et là, de la part de personnes qui refusent notre société actuelle.
Le mouvement Colibris me plait bien par exemple.



keisha 06/02/2012 16:36

Hélas oui, on connait la fin...

Mélopée 05/02/2012 18:49

C'est le genre d'ouvrages qui m'intéresse. Je vais voir si je peux réussir à me le procurer !

keisha 05/02/2012 18:04

Complètement dans le challenge..; Et il est à la bibli, merci de ton billet.
Dur quand même, ce livre?!

Folfaerie 06/02/2012 15:52



Dis donc, elle est bien ta bibli si elle a cet ouvrage !


Ce n'est pas "dur" comme lecture, j'ai lu bien pire que ça... En même temps, je n'ai pas souvenir d'avoir eu entre les mains un seul livre qui ne soit pas pessimiste sur la question Indienne !
Aucun happy end nulle part, désolée...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog