Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-10-31T18:45:00+01:00

Le tireur (Glendon Swarthout)

Publié par Folfaerie

http://www.gallmeister.fr/images/haut_book_540.jpg

 

Un grand merci à Babelio et aux éditions Gallmeister pour ce masse Critique qui m'a permis de découvrir un autre titre de ce genre dont je suis fan : le western.


Si je n'avais jamais lu le roman, je connaissais, un peu, pour ne l'avoir vu qu'une fois et il y a fort longtemps, le film qui en a été tiré par Don Sielgel avec John Wayne : Le dernier des géants.

 

C'est ce qu'on appelle, sans nul doute, un western crépusculaire. Entendez par là un western qui se passe à une époque presque moderne (ici l'année 1900) et dont le héros est certes, toujours un fin tireur, mais un homme âgé ou malade ou mourant. Bref, la fin d'une époque et la fin d'un mythe.

 

L'action est ici concentrée en quelques courtes scènes, dont le duel final. La bataille qui se livre est plus intime et moins glorieuse : John Books lutte contre le cancer qui le ronge inexorablement et le réduit à l'état d'une ombre pitoyable, bien qu'encore un homme hargneux, dépendant du laudanum : impossible d'uriner normalement, voire même de tenir debout, et tous ces gens répugnants qui lui tournent autour, viennent lui rire au nez, attendant sa mort dans l'espoir d'en tirer quelque chose.

 

La galerie de personnages qui l'entourent n'est guère reluisante en effet : se dessinent déjà les archétypes de l'homme moderne. Pas un pour relever l'autre, excepté la propriétaire de la pension, une veuve courageuse qui parvient à dépasser ses préjugés et une compréhensible aversion pour ce type d'homme. Elle est cependant affublée d'un fils en pleine crise d'adolescence, ou d'identité, au choix, qui a pour Books un mélange de respect et de mépris. Je n'ai pas du tout aimé ce jeune blanc-bec... Books lui, inspire plutôt la sympathie, malgré son "tableau de chasse", en comparaison des crétins et des médiocres que j'évoquais plus haut.

 

Evidemment, cette fine gachette aura à coeur de finir sa vie en beauté, sur un exploit. Avec lui s'éteint la grande tradition des tireurs de l'Ouest américain. Un western qui tranche certainement par son originalité mais à la tonalité trop sombre pour moi. C'est sans doute que je n'avais pas réellement envie d'assister au déclin d'un cow-boy, d'être témoin de ses derniers jours, préférant l'image du "poor lonesome cow-boy" qui s'éloigne dans le couchant. Ah, cliché, quand tu nous tiens...

 

Traduction : Laura Derajinski

Voir les commentaires

commentaires

Grand-Sachem-la-Brocante 08/11/2012 19:07

On a souvent l'impression qu'un monde s'écroule avec ses héros!

Eeguab 03/11/2012 17:26

Si j'ai vu deux fois The shootist,effectivement triplement crépusculaire,fin du western,du personnage et de l'acteur, je ne connais pas ce livre.Ca m'intéresse.A +

Folfaerie 05/11/2012 18:28



Ah mais c'est vrai, John Wayne était fort mal en point à ce moment là. Le roman est évidemment intéressant malgré son côté tragique, c'est simplement que je n'aime pas voir mourir les cow-boys
solitaires et les héros en général...



petitsachem 02/11/2012 23:24

Rhaaa! non, toujours pas. Je crois que je ne vais pas y couper, mais quand??

petitsachem 01/11/2012 19:40

ouh! je ferme les yeux sur ce post car je compte bien lire ce livre sans trop en savoir...je reviendrais te lire ensuite;)

Folfaerie 02/11/2012 09:24



Pas de problème. Au fait, je ne me souviens plus, tu as lu Lonesome Dove ?



Lettresus 31/10/2012 19:14

Ca me fait un peu penser à Le feu sur la montagne d'Edward Abbey : un vieux sénile, symbole de la fin d'une époque qui existe en tant qu'héros que dans les yeux d'une jeunesse naïve/regrettant un
monde qui n'est plus. Même lui, le "grand-père" ne se reconnaît pas dans le rôle que son petit-fils lui impose... Une bien triste histoire !
Le western vieillissant, un genre à part ?

Folfaerie 02/11/2012 09:23



C'est différent, derrière Le feu sur la montagne, il y a vait aussi une histoire de dépossession des terres, de respect de la nature. J'ai adoré ce roman. Ici, il n'y a pas d'autre enjeu que la
fin d'un homme et d'ine époque. Il est vrai que cela peut constituer un genre à part...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog