Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-08-09T17:30:00+02:00

Sans parler du chien (Connie Willis)

Publié par Folfaerie

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv34286574.jpgC'est grâce à certains lecteurs sur Livraddict que j'ai entendu parler de ce roman. Encore un coup de coeur pour l'été, décidément...

 

Sans parler du chien est un bel hommage, délirant et loufoque, à la littérature du XIXème siècle, en même temps qu'une formidable histoire originale de voyage dans le temps, pleine d'humour, où fourmillent les intrigues et les retournements de situation.

 

Dans un futur proche, des historiens sont envoyés dans le temps pour récolter des informations. L'une de ces équipes, financée par l'irascible et autoritaire Lady Schrapnell, doit retrouver la potiche de l'évêque, objet hideux censé se trouver dans la cathédrale de Coventry durant la seconde guerre mondiale (Coventry a en effet été la cible d'un bombardement massif par l'aviation nazie en novembre 1940).

Ned Henry, l'un des historiens chargé de cette enquête, se retrouve propulsé à l'ère victorienne, à la suite d'une bourde commise par une de ses collègues, la belle Verity, qui a ramené un chat !

C'est ainsi que Ned et Verity devront réparer cette erreur, le sauvetage du chat (espèce d'ailleurs disparue au XXième siècle) ayant entraîné un chamboulement du continuum spatio-temporel, lequel pourrait changer la face du monde.

 

Nos deux historiens devront démêler des intrigues amoureuses, empêcher ou favoriser des incidents et s'adapter à leur nouveau milieu. Une tâche ardue pour Ned totalement déphasé (c'est le risque lorsqu'on effectue plusieurs sauts dans le temps !) qui doit se dépêtrer de certaines situations provoquées par ses maladresses ou son ignorance des us et coutumes de l'ère Victorienne. Avec lui, le lecteur fera connaissance avec la famille Mering, désopilante, dont la mère est adepte du spiritisme et la fille, Tossie, superficielle et très jolie fait des ravages, avec le poète amoureux Terence et son bouledogue si attachant, Cyril, avec la princesse Arjumand, délicieuse chatte qui cause tous ces tracas, le professeur Peddick, aussi excentrique et distrait que l'on pourrait imaginer et une foule d'autres personnages secondaires, tout aussi savoureux. Les réflexions de Ned sur cette période sont de plus très drôles, Connie Willis est une anti-Jane Austen...

 

Mon seul bémol concerne les explications relatives aux incongruités, que j'ai trouvé fort nébuleuses. Difficile de suivre la gymnastique intellectuelle de nos héros qui s'interrogent à propos des auto-corrections du Continuum, des portes bloquées, des décalages et toutes choses pouvant affecter le déroulement de la seconde guerre mondiale... Néanmoins, les intrigues et conséquences découlant de la disparition de la potiche de l'évêque sont suffisamment réjouissantes pour gommer cette impression de confusion.

 

Bref, une lecture jubilatoire qui m'a permis de faire connaissance avec une écrivain dont je ne vais pas tarder à explorer toute l'oeuvre et qui, surtout, m'a donné envie de me plonger dans deux classiques : Trois hommes dans un bateau de Jérome K Jérome et Wodehouse dont les récits (Jeeves) sont sortis en 2 volumes chez Omnibus.

 

coup-de-coeur

Voir les commentaires

commentaires

Lystig 12/08/2011 15:11


comme toi tentée par la blogo, acheté et il m'attend au pied du lit !

du livre de Jerome K Jerome, je retiens une citation : "rien ne me fascine plus que le travial. je peux rester assis et le contempler pendant des heures".


Folfaerie 14/08/2011 09:55



Oh, j'adhère complètement à cette sitation, merci



Loula 11/08/2011 20:02


J'ai eu aussi un coup de cœur pour ce livre et je me suis précipitée sur le grand livre qui reprend quelques personnages, mais le ton est assez différent, moins marrant mas agréable à lire quand
même. Pour l'autre livre, je ne me suis pas lancée car le sujet ne me plait pas du tout! Alors si en plus il a moins plu...
http://laloula.wordpress.com/2008/12/30/sans-parler-du-chien-de-connie-willis/
http://laloula.wordpress.com/2009/08/21/le-grand-livre-de-connie-willis/


El JC 10/08/2011 08:09


Je suis très heureux que ce vaudeville spatio temporel est trouvé une nouvelle adepte. J'avais adoré et trouvé que cette américaine parvenait à la perfection à écrire à l'anglaise. J'ai par contre
été beaucoup moins emballé par "passage" du même auteur que j'ai trouvé beaucoup trop long


Folfaerie 10/08/2011 21:34



En fait, je pensais commencer par Le grand livre, puisqu'on y retrouve des personnages de ce roman. Mais j'ai lu ici et là les mêmes réserves que toi sur la longueur de certains de ses romans.
J'espère que ce ne sera pas le cas pour Le grand livre. Encore merci à toi pour cette découvrete.



Aifelle 10/08/2011 06:55


Pour moi çà n'a pas marché du tout, je me suis ennuyée, je n'ai pas accroché au genre d'humour. Pourtant j'avais adoré "trois hommes dans un bateau". Ce n'était peut-être pas le bon moment pour le
lire.


Folfaerie 10/08/2011 21:35



Peut-être en effet, moi ça m'arrive souvent. Moi j'avoue que pour ce roman, tous les ingrédients étaient réunis : une belle écriture, un sujet drôle et fantastique, des références à l'époque
victorienne, etc. Avoir avec un autre livre de l'auteur.



keisha 10/08/2011 05:35


Encore un coup de coeur pour moi (avant blog) et il me semble qu'il existe une suite?
Je te recommande chaudement Trosi hommes dans un bateau (sans parler du chien!) et Wodehouse, j'adore cet auteur, les 30 bouquins de lui sur mes étagères le prouvent (avant blog, avant la sortie en
omnibus)


Folfaerie 10/08/2011 21:36



Ah la la, ces titres sont d'ores et déjà sur ma LAL tu penses...



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog